PUBLICITÉ

La chute de l'URSS était-elle inévitable ? 30 ans après, entretien avec un témoin de l'Histoire

Le drapeau de l'URSS brandi à Moscou pour l'anniversaire de la Révolution bolchévique (2019)
Le drapeau de l'URSS brandi à Moscou pour l'anniversaire de la Révolution bolchévique (2019) Tous droits réservés Pavel Golovkin/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Pavel Golovkin/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il y a 30 ans, le 25 décembre 1991, le drapeau de l'Union soviétique était abaissé au-dessus du Kremlin. Le président Mikhaïl Gorbatchev annonçait la fin d'une époque, la fin de l'URSS. Entretien avec Pavel Palazhchenko, qui fut l'interprète du dernier président soviétique.

PUBLICITÉ

Il y a 30 ans, le 25 décembre 1991, le drapeau de l'Union soviétique était abaissé au dessus du Kremlin. Le président Mikhaïl Gorbatchev annonçait la fin d'une époque, la fin de l'URSS

Nous avons rencontré Pavel Palazhchenko qui a été l'interprète de Mikhaïl Gorbatchev dès 1985. Il est aujourd'hui responsable des relations internationales et médiatiques de la Fondation Gorbatchev et conseiller de Mikhaïl Gorbatchev.

Comment voit-il la chute de l'URSS trente ans après ? Pavel Palazhchenko a répondu aux questions de notre correspondante en Russie ?

Pavel Palazhchenko : _"Nous avons publié un livre sous la direction éditoriale de Mikhaïl Gorbatchev intitulé - L'Union aurait pu être préservée - . Le message principal de ce livre est de dire qu'il était impossible de conserver l'Union soviétique dans sa forme originale. A l'époque, lorsque le pouvoir s'en est rendu compte, il a décidé d'emprunter la voie de la signature d'un nouveau traité avec les Républiques soviétiques. Un traité où les Républiques auraient décidé elles-mêmes des pouvoirs dont elles disposeraient et des pouvoirs qu'elles délégueraient volontairement à la direction centrale de l'Union soviétique. Je pense que cette voie était la bonne. (Avec ce traité), les conflits entre les Républiques, que nous voyons aujourd’hui, n'auraient probablement pas eu lieu.
_

Galina Polonskaya, euronews : Quelles sont, selon vous, les principales raisons de la chute de l'URSS ?

Pavel Palazhchenko :“Il y a eu deux évènements décisifs : le coup d'État d'août et l'Accord de Minsk. Bien sûr, le désir des Républiques de construire leur propre État-nation a joué un rôle-clé et la nature diverse des Républiques, qui composaient l'Union soviétique, a joué aussi un rôle important. Il est très difficile de maintenir ensemble un groupe de Républiques aussi hétérogènes que l'Estonie et le Turkménistan. Néanmoins, je crois qu'il était possible, d'une manière ou d'une autre, de maintenir la plupart des Républiques dans une même Union."

Galina Polonskaya, euronews : Des observateurs estiment que l'effondrement de l'Union soviétique est dû notamment au retard des réformes économiques. Comment interprétez vous ces critiques à l'égard de Mikhaïl Gorbatchev ?

Pavel Palazhchenko :"Au cours des 30 dernières années, nous avons acquis la conviction que les réformes économiques sont extrêmement difficiles à mettre en œuvre. C'est un processus très délicat, très lent. Par conséquent, ceux qui reprochent à Mikhaïl Gorbatchev de ne pas avoir pu faire ces réformes en trois, quatre, cinq ans se trompent, même s'il y a une certaine part de vérité. Les difficultés économiques ont certainement joué un rôle dans la chute de popularité de Gorbatchev et dans le désir des Républiques de se sortir, seules, de cette situation."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des milliers de Russes aux funérailles de Gorbatchev, mais pas Poutine

"Jour de la Victoire" : la Russie limite les célébrations du 9 mai pour raison de sécurité

En Georgie, une icône de Staline vandalisée dans une église suscite la controverse