La manœuvre budgétaire italienne

La manœuvre budgétaire italienne
Par Grégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Selon les premières projections le projet budgétaire italien devrait s’éloigner des règles européennes.

PUBLICITÉ

Le budget italien de l'année prochaine annonce une bataille politique entre le gouvernement et les institutions européennes. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ne cache pas ses inquiétudes concernant le projet budgétaire transalpin. Le Luxembourgeois souligne que l'Italie doit respecter les règles comme tous les autres pays membres. Pour Jean-Claude Juncker tout écart du Pacte de stabilité et de croissance peut entrainer une réaction forte de la Commission. Il refuse toute comparaison avec la Grèce. La dette italienne est en effet principalement détenue par les banques du pays, contrairement à Athènes. Cette situation réduit d’ailleurs les marges de manœuvres politiques du gouvernement populiste à Rome.

Pour le professeur de l’Université libre de Bruxelles, Georg Kirchsteiger, c’est un jeu de spéculation. L’objectif est "de forcer le reste de la zone euro à prendre en charge une grande partie de la dette. Je ne pense pas que cela arrivera mais l'issue de cette stratégie pourrait être désastreuse", précise-t-il.

Le président de l'Eurogroupe, l'instance qui rassemble les pays de la monnaie unique, se veut prudent pour le moment. Il invite à ne pas surestimer l'impact de cette manoeuvre politique. Mario Centeno souligne que l'euro est suffisamment fort pour faire face aux décisions budgétaires d'un Etat membre. Ce dossier pourrait s'inviter lors du sommet européen. Le Premier ministre néerlandais compte soulever la question avec ses partenaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le déficit italien à 2,4% du PIB inquiète Bruxelles

La mise en garde de Moscovici à l'Italie

Où la classe moyenne paie-t-elle les impôts les plus élevés et les plus bas en Europe ?