La croissance de la zone euro ralentit

La croissance de la zone euro ralentit
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Parmi les raisons avancées par les économistes : l'incertitude du Brexit, un secteur automobile en panne en Allemagne et une Italie qui fait du surplace.

PUBLICITÉ

La zone euro traverse-t’elle un trou d’air ? C’est en tout cas ce que peuvent laisser penser les chiffres de la croissance au troisième trimestre 2018 que vient de publier Eurostat.

Après un début d’année encourageant et une hausse du PIB de 0,4% au cours des deux premiers semestres 2018. La croissance moyenne des 19 pays qui constituent la zone euro n’a été que de 0,2% de juillet à septembre.

Plusieurs incertitudes viennent enrayer la dynamique enregistrée depuis l’an dernier, parmi lesquels un Brexit toujours pas réglé, un secteur automobile en panne en Allemagne et une Italie qui fait du surplace.

L'inquiétude italienne

Les derniers chiffres publiés par Rome révèlent un coup d’arrêt de la croissance du pays depuis l’été, après 3 années de hausse continue du PIB.

Le ralentissement amorcé depuis le début de l’année s’est confirmé : une croissance nulle au dernier trimestre.

La troisième économie de la zone euro cale alors qu’elle était déjà structurellement moins dynamique que celle des autres pays membres.

Des mauvais chiffres qui arrivent en plein bras de fer autour du budget italien entre Bruxelles et la coalition Ligue-Mouvement 5 étoiles. Le gouvernement populiste en place à Rome depuis le mois de juin table toujours sur une croissance d’1,5% en 2019 pour financer ses mesures fiscales et sociales qui créeront un déficit de 2,4% du PIB.

Si elle se confirme, la stagnation de l’économie italienne pourrait remettre en cause ces prévisions.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Coup de froid sur la croissance européenne

Le FMI moins optimiste pour la croissance

L’UE inflige une amende de 1,8 milliard d'euros contre Apple sur le marché de la musique en ligne