EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le coronavirus tue aussi l'emploi : le chômage grimpe dans l'UE et aux États-Unis

Le coronavirus tue aussi l'emploi : le chômage grimpe dans l'UE et aux États-Unis
Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par euronews avec Agences
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chômage pourrait atteindre 9 % cette année dans l'UE contre 6,7 % en 2019, selon la Commission européenne. Aux États-Unis, les économistes s'attendent à 28 millions d'emplois détruits en avril.

PUBLICITÉ

"La récession la plus profonde de la zone euro", déclenchée par l'épidémie de coronavirus, est annoncée par la Commission européenne dans ses prévisions de printemps. L'institution ajoute à ce constat déjà peu réjouissant, de graves conséquences socio-économiques pour toute l'Union européenne, une chute de l'inflation et une remontée du chômage à 9 % cette année contre 6,7 % en 2019.

Les différents gouvernements vont devoir agir en conséquence pour essayer de limiter la casse.

"Le chômage est appelé à augmenter, mais des mesures politiques devraient limiter cette hausse. L'impact de la pandémie se fera sentir sur le marché du travail, mais des mesures politiques opportunes et importantes de la part des gouvernements et des institutions européennes pourraient contribuer à limiter les pertes d'emplois. Une baisse massive des heures travaillées est néanmoins attendue", a estimé Paolo Gentiloni, le commissaire européen à l'économie.

La pandémie a également agi comme un tsunami sur l'économie américaine. Le taux de chômage pourrait atteindre un sommet historique.

La publication du rapport sur l'emploi dans le secteur privé a donné un aperçu de l'ampleur des dégâts : 20 236 millions d'emplois ont été détruits, selon l'enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP.

Le secteur des services, avec plus de 16 millions d'emplois supprimés, paie le plus lourd tribut et la moitié des emplois détruits concerne le secteur des loisirs et de l'hôtellerie.

Les entreprises fabriquant des biens ont perdu 4,2 millions d'emplois, dont plus de la moitié dans la construction et près de 1,7 million dans l'industrie manufacturière. .

Secteurs privé et public confondus, les économistes s'attendent à 28 millions d'emplois perdus en avril aux États-Unis.

En comparaison, 8,6 millions d'emplois avaient été perdus pendant les deux années de la crise financière mondiale.

Le chômage pourrait atteindre 9 % cette année dans l'UE selon la commission européenne. Aux États-Unis les économistes s'attendent à 28 millions d'emplois détruits en avril.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La voix inaudible des interprètes des institutions de l’UE

Les producteurs de champagne vont réduire leur récolte face à la baisse de la demande

L'impact de la panne informatique mondiale de Microsoft sur les entreprises du monde entier