This content is not available in your region

La crise sans fin des ordures à Rome

euronews_icons_loading
La crise sans fin des ordures à Rome
Tous droits réservés  Andrew Medichini/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Par Giorgia Orlandi
Taille du texte Aa Aa

Des tas d'ordures jonchent les rues : une image tristement banale à Rome. La capitale italienne souffre d'une crise chronique de la gestion de ses déchets. Les décharges manquent et aucune solution pérenne n'a encore été trouvée. Cet été, les températures grimpent en même temps que l'exaspération de la population.

"C'est dégoûtant, on ne peut pas vivre comme ça avec cette odeur", dit cet homme.

"C'est incroyable de voir une telle situation. Ce n'est pas possible. La chaleur ne fait qu'aggraver les choses. Ceux qui sont chargés de la collecte des déchets ne font que ramasser deux ou trois choses et puis s'en vont", raconte cet autre.

Ces derniers temps, les déchets n'ont pas été collectés de manière régulière et le problème semble s'être répandu dans toute la ville.

"Nous sommes à Pigneto, l'un des quartiers les plus populaires de Rome, rempli de restaurants et de bars, où les gens se retrouvent la nuit. Comme vous pouvez le voir, les ordures s'entassent depuis des jours sans être ramassées et cela se passe juste à côté d'une école primaire fréquentée par les enfants du quartier", témoigne notre correspondante Giorgia Orlandi.

Une association représentant 4000 restaurants à Rome affirme que leurs revenus ont chuté en raison des déchets abandonnés devant leurs locaux. "Nous avons envoyé tellement de lettres. Ici, à Rome, il est même difficile de déplacer les poubelles d'un côté à l'autre de la rue. Il faut demander des autorisations quatre à cinq fois. La bureaucratie tue les entreprises", s'insurge Claudio Pica, président de “FIEPET Lazio et Rome”

Gabriele tient un restaurant au coeur de Rome : "comme vous pouvez le voir, juste à côté des poubelles, des gens mangent. Les poubelles sont normalement remplies d'ordures, aujourd'hui il n'y en a pas trop. Nous vivons une situation très difficile. L'odeur est horrible, elle dérange les clients et la plupart du temps, ils décident de quitter le restaurant".

Dans le centre historique, les bennes sont interdites et lorsque la collecte en porte-à-porte n'est pas garantie, professionnels et habitants doivent se débrouiller comme ils peuvent.

La maire de Rome Virginia Raggi pointe les manquements de la région. Pour la conseillère en charge de la gestion des déchets à Rome, la municipalité est injustement mise en cause.

"Les citoyens veulent seulement que l'on mette fin au problème, à savoir l'abandon des déchets dans les rues. Ils ignorent tout de ce qui se passe en coulisses et que la responsabilité est partagée entre plusieurs organisations. La région est en charge de la gestion des déchets. Notre rôle est de mettre en place des installations conformément au plan régional et c'est ce que nous avons fait jusqu'à aujourd'hui" se défend Katia Ziantoni, conseillère municipale en charge des déchets.

Le président de la région du Latium, Nicola Zingaretti, renvoie lui la responsabilité sur la mairie. Le gouvernement a dû intervenir pour faciliter le dialogue entre les deux parties, sous l'œil attentif de l'Union européenne qui suit de près la crise.