UE-Chine : un sommet et des tensions

UE-Chine : un sommet et des tensions
Tous droits réservés Thibault Camus/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un sommet à distance se tient ce lundi entre l'UE et Pékin : des négociations avec la Chine en matière économique, sur fond de tensions diplomatiques.

PUBLICITÉ

Bruxelles compte afficher sa fermeté à l'égard de Pékin.

Au lieu du sommet sino-européen qui devait réunir les 27, à Leipzig, en Allemagne, c'est finalement une réunion à distance qui doit se tenir ce lundi entre le président chinois Xi Jinping et les dirigeants des instances européennes Charles Michel et Ursula von der Leyen, aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays assure la présidence de l'Union.

L'Europe, qui fait part de ses "craintes", espère rééquilibrer les relations avec la Chine, notamment en matière économique.

"L'Europe accentue la pression en raison de la posture agressive de la Chine", explique Reinhard Bütikofer, député européen allemand et président de la délégation européenne pour les relations avec la Chine. "Pour résumer, je dirais que l'Europe a tiré des leçons pour être maintenant moins naïve et plus forte, et défendre nos valeurs et nos propres intérêts".

Le dossier des droits humains devrait aussi être à l'ordre du jour, notamment la situation à Hong Kong, où les atteintes à l'État de droit se multiplient.

"Je pense -enfin j'espère - que nous allons bientôt finaliser les travaux sur le mécanisme de sanction en matière de droits de l'Homme", poursuit-il, "même sous la présidence allemande. Ce qui permettrait à l'Europe de sanctionner les auteurs de violations majeures des droits de l'Homme, comme le chef de la police de Hong Kong qui entraîne ses effectifs à être aussi violents que possible".

Fin juillet, les 27 ont décidé de limiter les exportations d'équipements qui pourraient servir à la surveillance ou à la répression à Hong kong. 

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le gouvernement américain a reçu une offre d'Oracle au sujet de TikTok

Il y a "une normalisation de la détention" des migrants

La Belgique enquête sur un réseau d'influence russe soupçonné d'avoir payé des députés européens