Un nouveau sommet européen à distance sur la Covid-19

Les dirigeants de l'UE évoqueront les moyens de renforcer la production de vaccins.
Les dirigeants de l'UE évoqueront les moyens de renforcer la production de vaccins. Tous droits réservés Natacha Pisarenko/AP
Par Romain Mazenod
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce jeudi s'ouvre un nouveau Conseil des chefs d'État et de gouvernement à distance. Au menu des discussions : la lutte contre la pandémie et l'idée du "passeport vaccinal" pour permettre une reprise du tourisme l'été prochain.

PUBLICITÉ

Un mois plus tard, une nouvelle réunion virtuelle pour les dirigeants européens. Avec une question qui domine toutes les autres : comment aider à mettre fin à la pandémie et revenir à une vie normale. Le président du Conseil Charles Michel a écrit aux dirigeants pour leur dire que "la priorité demeure l'accélération de la vaccination à travers l'UE". Mais certains eurodéputés souhaitent que Bruxelles aille plus loin.

"La présidente Ursula Von Der Leyen devrait regarder ces pays où le déploiement des vaccins a été extrêmement limité et peut-être travailler étroitement avec eux pour leur offrir un conseil et quelque aide que ce soit, estime Ciaran Cuffe, eurodéputé écologiste irlandais. En regardant ces pays où les choses fonctionnent comme le Danemark, dire 'est-ce qu'on peut vous aider ?', est-ce que avez besoin de personnel médical, d'argent, d'assistance en logistique."

Et pendant que des États-membres commencent à considérer la réouverture de certains lieux, d'autres envisagent de nouvelles restrictions compte tenu du nombre élevé d'infections. Pour ceux qui dépendent du tourisme, l'idée du passeport vaccinal européen, permettant un retour aux voyages cet été est prioritaire. Les dirigeants européens en discuteront.

"Le passeport européen qui pourrait, d'une certaine façon, donner un accès privilégié à la liberté de mouvements pour certains citoyens et non pour d'autres est très difficilement conciliable avec la liberté de mouvement dans l'UE, selon Alberto Alemannon, professeur de droit européen à HEC Paris. Cela suppose un taux de vaccination plus élevé, et nous sommes très loin du moment où nous pourrions discuter du passeport. Mais ça comporte aussi d'autres risques, le fait, finalement, que ce soit assez discriminatoire parce que seules certaines catégories d'individus sont vaccinées aujourd'hui."

La pandémie a mis à l'épreuve la solidarité européenne l'an dernier. Dans les mois qui viennent, avec des États-membres à différents niveaux dans le processus de vaccination, les dirigeants auront du mal à faire marcher l'Union à l'unisson.

Journaliste • Romain Mazenod

Video editor • Romain Mazenod

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les eurodéputés interdisent le parrainage étranger des publicités en ligne trois mois avant les élections européennes

Le Parlement européen adopte de nouvelles infractions pour défendre l’environnement

Les eurodéputés approuvent la loi sur la restauration de la nature malgré l'opposition de la droite et des agriculteurs