Contenu partenaire

 Department of Tourism and Commerce Marketing Dubai
Le « contenu partenaire » est un contenu payé et contrôlé par l'annonceur. Ce contenu est produit par les départements commerciaux et n'implique pas la rédaction ou les journalistes d'Euronews. Le partenaire financier a le contrôle des sujets, du contenu et détient l'approbation finale en lien avec le département production commerciale d'Euronews.
Contenu partenaire
Le « contenu partenaire » est un contenu payé et contrôlé par l'annonceur. Ce contenu est produit par les départements commerciaux et n'implique pas la rédaction ou les journalistes d'Euronews. Le partenaire financier a le contrôle des sujets, du contenu et détient l'approbation finale en lien avec le département production commerciale d'Euronews.
Department of Tourism and Commerce Marketing Dubai

Saygin Yalcin, l'entrepreneur qui a saisi les opportunités pour réussir à Dubaï

Saygin Yalcin, l'entrepreneur qui a saisi les opportunités pour réussir à Dubaï
Tous droits réservés  euronews   -   Credit: Dubai

Après avoir étudié en école de commerce en Allemagne, au Mexique et aux États-Unis, Saygin Yalcin a vu une opportunité dans le secteur du e-commerce aux Émirats arabes unis et s'est installé à Dubaï à l'âge de 24 ans.

"Les taux de pénétration d'internet explosaient, le nombre d'utilisateurs montait en flèche, (...) mais ils ne faisaient pas autant de transactions en ligne comme nous aujourd'hui", a expliqué Saygin.

En 2009, Saygin a lancé une boutique de mode en ligne appelée Sukar.com, qui a été rachetée par Souq.com, qui a elle-même été rachetée par Amazon. 

Néanmoins, Saygin ne s'est pas contenté du succès de sa première entreprise à Dubaï. "Je pense qu'il existe deux types d'entrepreneurs : celui qui extrait le diamant brut et celui qui en fait un bijou. J'aime creuser pour trouver de nouveaux business models", a-t-il déclaré à Euronews.

D'un problème est né une brillante idée

Lorsque Saygin a essayé de vendre sa voiture sur les petites annonces, il a remarqué que le processus pouvait prendre plusieurs semaines et c'est pourquoi il a décidé de rechercher d'autres modèles économiques afin de résoudre ce problème. 

"En réalité, créer des entreprises ne signifie pas nécessairement que vous devez être un inventeur. Vous devez simplement être le meilleur dans le déploiement d'une activité qui pourrait fonctionner dans d'autres parties du monde", a détaillé Saygin. 

C'est exactement ce qu'il a fait en lançant son nouveau projet : SellAnyCar.com. "Nous avions une promesse. On s'était dit : si quelqu'un vient ici, on lui achète sa voiture en 30 minutes à un prix raisonnable", a fait savoir l'homme d'affaires. 

"Nos revenus du premier mois ont dépassé le demi-million de dollars (470 000 euros)", a déclaré Saygin.

Ce succès rapide a engendré son lot de difficultés, car Saygin a dû trouver un moyen de couvrir le fond de roulement dont l'entreprise avait besoin pour assurer la transition entre le moment où une voiture était achetée et sa revente.

Le plus grand réseau du Golf

"Les membres de mon équipe, lors de l'achat d'une voiture, appelaient déjà les concessionnaires automobiles pour demander à quel prix ils achèteraient cette voiture.  J'ai donc réalisé qu'ils mettaient en place une sorte de vente aux enchères", a-t-il déclaré. 

L'équipe a poussé l'idée plus loin et a développé un marché numérique où, aujourd'hui, plus de vingt-cinq mille entreprises font des offres pour une voiture apportée à SellAnyCar.com, qui est désormais le plus grand négociant de voitures d'occasion en ligne du Golfe.

En tant qu'entrepreneur à succès, Saygin a également lancé récemment Carnab.com, qui vend des voitures d'occasion en ligne directement aux particuliers.

"Aujourd'hui, seulement 1% des voitures d'occasion sont vendues en ligne. Nous pensons que ce chiffre atteindra 50 % dans les 5 à 10 prochaines années, et c'est à ce moment-là que nous utiliserons notre position de leader", a-t-il expliqué.

Convaincu que l'écosystème de Dubaï a largement contribué au succès de ses entreprises, Saygin investit désormais dans la réussite d'autres entrepreneurs de la ville. "J'aime voir les entreprises se développer et je veux donc en faire partie en tant qu'investisseur, en particulier lors des phases de lancement où les entrepreneurs sont en train de déterrer le diamant brut", a-t-il conclu.