DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Fanciulla del West de Puccini à l'Opéra de Monte-Carlo

La Fanciulla del West de Puccini à l'Opéra de Monte-Carlo
Taille du texte Aa Aa

L’Opéra de Monte-Carlo a ouvert sa saison avec une oeuvre de Puccini, probablement l’une des moins connues, mais aussi l’une des plus exigeantes musicalement. La soprano américaine Meagan Miller, à présent promise à une carrière internationale, interprète le rôle-titre. Sa “Fanciulla” mêle astuce, romantisme et courage. “Elle a vécu dans cette ville avec ces hommes qui sont tous amoureux d’elle,” souligne la soprano, “et elle a su faire en sorte qu’ils continuent de l‘être sans jamais les embrasser : elle est très maline et c’est une battante,” lance-t-elle.

““Fanciulla” est un opéra très dangereux, d’après les chanteurs,” explique le chef d’orchestre Pinchas Steinberg avant d’ajouter : “ils me disent parfois : “Maestro, l’orchestre joue tellement fort, on n’entend jamais les voix”, “une partie du problème réside dans la façon dont Puccini a écrit cet opéra : il voulait que les cors, avec les cloches, jouent fortississimo ; bien sûr, je pourrais suivre ses indications,” souligne-t-il, “mais aucun chanteur au monde ne pourrait se faire entendre dans ces conditions, on doit donc, tenir compte de ce qu’il a imaginé et de ce qu’on devrait faire dans la réalité.”

“C’est la première création jamais réalisée pour le Metropolitan Opera de New York,” indique de son côté, Jean-Louis Grinda, directeur de l’Opéra de Monte-Carlo, “nous sommes en 1910, tout le monde à New York avait quelqu’un de près ou de loin dans sa famille ou encore un copain qui avait participé à la ruée vers l’or – à la conquête de l’Ouest – et qui avait pu connaître ce genre d’aventure,” poursuit Jean-Louis Grinda, “Puccini a vraiment fait oeuvre de grande nouveauté pour le nouveau monde : il offrait au monde américain, son premier opéra national, son roman national porté à la scène avec une musique.”

Le personnage de Minnie évoluera au cours de l’opéra : elle tombera amoureuse de Ramerrez le bandit, vivra son premier baiser, se sentira trompée par cet homme, mais finira par le défendre et le sauver.

“Il y a une sorte de grandeur et de démesure dans les personnages qui me convient tout à fait,” confie Meagan Miller, “il y a par exemple, le fait que lorsque j’avais 5 ou 6 ans, je disais à tout le monde que je serais présidente ! Depuis l’enfance, j’ai dans mon imaginaire, cette dimension grandiose,” reconnaît la soprano. “Elle est tellement observatrice, elle sait que le shérif Jack Rance ne résiste pas à une partie de poker et elle utilise cela pour le mener à la baguette. Et puis, elle triche, elle s’en fiche, elle fera tout ce qu’elle devra faire pour survivre,” précise-t-elle, “ce sont des choses qu’il y a en moi également, sauf le côté tricheur,” lance-t-elle dans un sourire.

“L’orchestre tient le rôle principal et Puccini lui-même disait : “j’en ai déjà assez des “Madame Butterfly”, des “Tosca” et des “Bohème”, j’ai décidé de faire autre chose”,” raconte Pinchas Steinberg avant de conclure : “c’est une véritable pièce symphonique avec des voix et de mon point de vue, c’est le chef-d’oeuvre de Puccini.”

Vous pouvez retrouver des extraits de notre interview du directeur de l’opéra Jean-Louis Grinda en cliquant sur le lien suivant :
http://fr.euronews.com/2012/12/13/interview-bonus-jean-louis-grinda

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.