DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Union européenne et le conflit israélo-palestinien

L'Union européenne et le conflit israélo-palestinien
Taille du texte Aa Aa

Avec l’ ISEG

Amine, Lyon (France) :

“Au sujet du Proche-Orient, je me demande pourquoi l’Europe ne s’investit pas plus dans la résolution de ce conflit ?”

La réponse de Fabrice Balanche, Directeur du Groupe de recherches et d‘études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient – Université Lyon II, France :

“L’Union européenne, tout d’abord, s’investit énormément financièrement dans la résolution de ce conflit puisqu’elle apporte quasiment la moitié de l’aide annuelle à l’Autorité palestinienne, soit environ 325 millions d’euros annuels.
Elle fait partie également du Quartet qui tente de résoudre ce problème avec la Russie, l’ONU et les Etats-Unis. La représentante de l’Union européenne, c’est Catherine Ashton. Le problème, c’est que Catherine Ashton doit tenir compte des différentes politiques étrangères des pays européens, c’est-à-dire des 27 Etats membres et cette politique doit être votée à l’unanimité si bien que l’on s’entend souvent sur le minimum plutôt que sur des décisions fermes comme peuvent le faire les Etats-Unis puisque évidemment, le pouvoir est beaucoup plus centralisé entre les mains d’un seul homme.

Ensuite, Israël se méfie un petit peu de l’Union européenne, qu’elle pense être trop pro-palestinienne. Par exemple, les Etats-Unis ont voté non au statut d’observateur de l’Autorité palestinienne à l’ONU tandis que les poids lourds de l’Europe comme la France, l’Espagne et l’Italie ont voté pour, les autres Etats membres se sont abstenus et un seul pays de l’UE a voté contre : la République tchèque.
Donc, on a une Europe qui est partagée sur la question palestinienne, mais une Europe qui, tout de même, a tendance à davantage appuyer les Palestiniens que ne le font les Etats-Unis.
Donc, Israël qui est quand même l’acteur principal a tendance à se méfier de l’Europe et à préférer avoir les Etats-Unis comme partenaires pour suivre la feuille de route sur le dossier palestinien.”

Si vous souhaitez vous aussi poser une question dans U talk, cliquez sur le bouton ci-dessous.