Turquie : Erdogan appelle les partis à former rapidement une coalition

Turquie : Erdogan appelle les partis à former rapidement une coalition
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy avec AFP, REUTERS
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Recep Tayyip Erdogan sort de silence. Le président turc a effectué ce jeudi à Ankara sa première déclaration publique depuis les législatives, qui

PUBLICITÉ

Recep Tayyip Erdogan sort du silence. Le président turc a effectué ce jeudi à Ankara sa première déclaration publique depuis les législatives, qui ont été marquées par un recul de son parti, l’AKP, privé pour la première fois en treize ans de la majorité absolue au Parlement. Le chef de l’Etat a appelé les différents partis à s’entendre rapidement pour sortir de l’impasse politique.

“Tout le monde doit mettre son ego de côté et former, aussi vite que possible, un gouvernement de coalition’‘, a martelé le président turc, qui a insisté sur la nécessité de préserver la stabilité du pays.

Avec qui l’AKP peut-il gouverner ? Une coalition avec le HDP, le parti pro-kurde semble exclue, son dirigeant Selahattin Demirtas a réitéré son refus d’une alliance avec les islamo-conservateurs : “Concernant une coalition avec l’AKP, nous restons sur la même ligne de conduite. Nous envisageons d’autres options’‘, a insisté le chef du HDP, qui a réalisé une percée aux législatives en recueillant plus de 10% des suffrages.

Autre possibilité pour l’AKP : une alliance avec les socio-démocrates du CHP, le Parti républicain du peuple, arrivé en deuxième position aux législatives, et dont l’ancien leader s’est entretenu avec le président Erdogan.

Autre alternative : une alliance avec les nationalistes du MHP. Mais leur opposition farouche au processus de réconciliation kurde constitue un obstacle.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux

Turquie : au moins vingt-deux migrants sont morts après le naufrage de leur embarcation