Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La France et l'Iran souhaitent relancer les relations bilatérales

La France et l'Iran souhaitent relancer les relations bilatérales
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Pour la première fois depuis douze ans, un responsable politique français est en visite à Téhéran.
Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a rencontré ce mercredi son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif. Ce déplacement intervient deux semaines après la conclusion de l’accord sur le nucléaire, auquel Laurent Fabius a grandement contribué. “Cet accord est utile pour l’Iran, utile pour la France, utile pour la région, utile pour le monde, et d’abord utile pour le peuple iranien qui va être débarrassé de ces sanctions et qui va pouvoir avoir plus de développement et de pouvoir d’achat.’‘

Cet accord est utile pour l'Iran, utile pour la France, utile pour la région, utile pour le monde, et d'abord utile pour le peuple iranien qui va être débarrassé de ces sanctions.

A travers cette visite, la France espère la relance des relations bilatérales. Un souhait partagé par le régime de Téhéran. “J’espère que la visite de mon collègue Laurent Fabius en Iran va préparer le terrain à la relance de notre partenariat et qu’elle va permettre de gommer les malentendus qui ont terni nos relations au cours des dernières années’‘, a souligné de son côté Mohammad Javad Zarif.

Laurent Fabius a été précédé à Téhéran par le ministre allemand de l‘économie, Sigmar Gabriel, et par la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, qui a évoqué l’ouverture d’un ‘‘nouveau chapitre entre l’Iran et l’Union’‘.

L’accord sur le nucléaire a permis à l’Iran de réintégrer le jeu international, non seulement sur un plan diplomatique, mais aussi économique avec des opportunités de partenariat multiples. Les échanges commerciaux, qui avaient fondu à cause des sanctions, pourraient être considérablement renforcés.