L'État islamique accusé d'avoir utilisé du gaz moutarde en Syrie

L'État islamique accusé d'avoir utilisé du gaz moutarde en Syrie
Par Euronews avec AFP, Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les experts en armes chimiques de l’OIAC, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques ont conclu, sans désigner de responsables

PUBLICITÉ

Les experts en armes chimiques de l’OIAC, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques ont conclu, sans désigner de responsables conformément au statut de leur organisation, que ce type de gaz avait été utilisé le 21 août à Marea, une localité syrienne frontalière de la Turquie et tenue par les rebelles.

Une information corroborée par le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme et par un journaliste présent sur place ce jour-là selon lequel “nous savions que c‘était l’EI, car tous les obus étaient tirés de l’est de Marea et cette région était complètement aux mains des jihadistes”.

L‘État islamique tentait depuis des mois de prendre Marea, considéré comme le plus important réservoir de rebelles et d’armes dans la province d’Alep.

Parallèlement, le régime de Bachar al-Assad appuyé par les raids de l’aviation russe a perdu la dernière des positions conquises dans le centre du pays au cours du mois dernier selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

Déclenché en 2011, le conflit en Syrie n’a cessé de se complexifier au fil des années. Il a causé la mort de plus de 250.000 personnes et poussé à la fuite des millions de Syriens.

Syrie : du gaz moutarde utilisé pendant les combats https://t.co/U3VLu9rPWYpic.twitter.com/QH3YTLNAbV

— Les Echos (@LesEchos) 6 Novembre 2015

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pour faire face au manque de munitions, l'Ukraine investit dans la production locale

Guerre Russie-Ukraine : Les Etats-Unis vont envoyer environ 300 millions de dollars d'armes à Kyiv

Fuite dans l’armée allemande : l’ambassadeur d’Allemagne convoqué par le Kremlin