EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Le président mexicain reçoit Trump, mais ne paiera pas son mur

Le président mexicain reçoit Trump, mais ne paiera pas son mur
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le candidat républicain à la Maison Blanche s’est rendu au Mexique et s’est entretenu une heure avec le président Enrique Pena Nieto.

PUBLICITÉ

Le candidat républicain à la Maison Blanche s’est rendu au Mexique et s’est entretenu une heure avec le président Enrique Pena Nieto.

Après avoir évoqué son “énorme affection pour les Mexicains-Américains”, Donald Trump a abordé son projet de construire un mur entre les deux pays s’il était élu.

“Nous reconnaissons et nous respectons le droit de tout pays de construire une barrière physique, un mur, sur ses frontières pour stopper les mouvements illégaux des personnes, des drogues ou des armes” a-t-il dit. “Pour réaliser cet objectif partagé – et ce sera partagé – pour cet objectif de sécurité pour tous les citoyens, la coopération est primordiale.”

Le président mexicain s’est prononcé pour une frontière “plus sûre” pour empêcher les flux d’armes et d’argent en provenance des Etats-Unis.

“L’immigration mexicaine non-officielle vers les Etats-Unis était à son plus haut il y a dix ans, depuis elle décroit de manière constante jusqu‘à être négative en termes nets” a-t-il déclaré.

Le président mexicain a également répété à Donald Trump que Mexico ne paiera pas pour un mur sur sa frontière.

Durant sa campagne, le candidat républicain a accusé le Mexique d’envoyer aux Etats-Unis des violeurs et des criminels.

Sa visite a suscité de nombreuses critiques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mexique : Claudia Sheinbaum devient la première femme présidente du pays

Débarquement : en Normandie, des tombes illuminées en l'honneur des soldats

Modi revendique la victoire aux élections, dit poursuivre son programme malgré la baisse du soutien