Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : l'échec du CETA, une leçon pour Londres

Brexit : l'échec du CETA, une leçon pour Londres
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Au cours de la semaine écoulée, l’Union européenne a concentré toute son attention sur la région belge de Wallonie, qui a fait les gros titres et s’est maintes fois retrouvée en tête de Google Trends.

Nous ne cherchons pas à reproduire un modèle existant en matière commerciale entre un pays extérieur et l'UE. Nous développerons notre propre modèle britannique.

Theresa May Première ministre britannique

Cette toute petite région – à l‘échelle de l’Union – a eu assez de pouvoir pour compromettre la signature de l’accord commercial et d’investissement global, le CETA – un traité international entre l’Union européenne et le Canada. Il vise à éliminer les droits de douane sur la plupart des échanges entre les deux partenaires, pour faire baisser les prix des marchandises. Il vise aussi à faciliter l’investissement.

Mais bien sûr, la sortie prochaine du Royaume-Uni de l’Union européenne changera la donne. D’où l’intérêt de se pencher sur les liens commerciaux et d’investissement entre le Canada et la Grande-Bretagne, de même qu’entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, en rapport avec un autre accord commercial potentiel : le TTIP.

L’exemple du CETA donne à réfléchir à Londres : comme la Wallonie avec le CETA, d’autre régions européennes pourraient en effet faire dérailler un accord post-Brexit avec les 27.