Birmanie: persécutée, la communauté Rohingyas salue un rapport des Nations unies accablant pour l'armée

Birmanie: persécutée, la communauté Rohingyas salue un rapport des Nations unies accablant pour l'armée
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Nations unies (ONU) ont publié vendredi un rapport accablant pour le pouvoir birman, par ricochets, pour sa principale dirigeante, l’ex-dissidente et prix Nobel de la Paix Aung San Suu…

PUBLICITÉ

Les Nations unies (ONU) ont publié vendredi un rapport accablant pour le pouvoir birman, par ricochets, pour sa principale dirigeante, l’ex-dissidente et prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi. Il met en lumière la répression féroce
menée par l’armée contre la communauté Rohingyas, une minorité musulmane brimée dans ce pays à plus de 90% bouddhiste. Le rapport fait état d’exactions de toutes sortes, viols collectifs, meurtres, tortures, détentions arbitraires. Il parle de “nettoyage ethnique”, de “crimes contre l’humanité”.

“Je remercie l’ONU de reconnaître que nous sommes victimes de persécutions, déclare un jeune homme, réfugié dans un camp au Bangladesh, Mohammad Younus. Et j’espère que ce plaidoyer en faveur de nos droits répondra à nos prières et qu’une solution sera trouvée aussi vite que possible à notre problème.”

Installés dans l’Etat d’Arakan, encore appelé Rakhine, les Rohingyas se sont aussi réfugiés au Bangladesh. La Malaisie, un Etat musulman, a protesté contre le sort qui leur est réservé. Des ONG malaises ont envoyé un bateau chargé d’aide alimentaire pour les soutenir. Elles ont dû pour cela négocier avec le gouvernement birman, qui a imposé de centraliser l’aide, avant de la redistribuer.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Gaza : baisse des livraisons d'aide humanitaire à cause d'attaques

Les violences faites aux femmes, enjeu majeur du G20

La condamnation d'une Australienne qualifiée de "la pire tueuse en série" annulée grâce à la science