EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'Etat islamique revendique l'attentat raté de Constantine

L'Etat islamique revendique l'attentat raté de Constantine
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un policier a déjoué une attaque suicide devant un commissariat dimanche soir à Constantine, dans l’est de l’Algérie, en tirant sur la ceinture explosive portée par le kamikaze qui s’est alors déclenc

PUBLICITÉ

Un policier a déjoué une attaque suicide devant un commissariat dimanche soir à Constantine, dans l’est de l’Algérie, en tirant sur la ceinture explosive portée par le kamikaze qui s’est alors déclenchée, a annoncé la police.
“Un policier qui était devant le siège du commissariat situé au-dessous d’un bâtiment abritant une dizaine de familles a riposté énergiquement et héroïquement, après plusieurs sommations, ciblant avec précision la ceinture explosive portée par un terroriste”, a précisé la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué cité par l’agence de presse APS.

Lundi, l’Etat islamique a fait savoir, via l’agence Amaq, qu’il revendiquait l’attentat. A la télévision algérienne, le ministre de l’Intérieur a réagi. “Je dis ici, que nous devons mettre fin à de tels actes qui visent à déstabiliser notre pays, tout particulièrement en ce moment alors que nous préparons les élections législatives”. En octobre dernier trois assaillants avaient exécuté un policier dans un restaurant de Constantine. Selon des sources concordantes, l’assassinat était déjà le fait d’un groupe affilié à l’Etat islamique.

La semaine dernière, l’armée avait annoncé avoir tué 14 “terroristes”, terme désignant les islamistes armés en Algérie, lors d’une vaste opération de ratissage menée dans la région de Bouira (125 km au sud-est d’Alger). Malgré l’adoption en 2005 d’une Charte pour la paix et la réconciliation, censée tourner la page de la guerre civile qui a fait 200.000 morts pendant la “décennie noire” (années 1990), des groupes armés islamistes restent actifs dans l’est et le sud du pays et visent principalement les forces de sécurité. Depuis le début de l’année, au moins 22 islamistes armés ont été tués dans ces régions, selon un décompte de l’AFP établi à partir de bilans officiels. Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au Pakistan, une marche pour la paix se termine dans un bain de sang

Inde : au moins 116 morts dans une bousculade lors d'un rassemblement religieux

Le vice-président du Malawi inhumé dans son village natal