Erdogan et Poutine annoncent un projet commun afin de «pacifier» la Syrie

Erdogan et Poutine annoncent un projet commun afin de «pacifier» la Syrie
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président turc Erdogan était ce mercredi à Sotchi à l’invitation spéciale de son homologue russe Poutine Après de longues discussions avec Erdogan, Poutine assure que les relations avec la Turquie

PUBLICITÉ

Le président turc Erdogan était ce mercredi à Sotchi à l’invitation spéciale de son homologue russe Poutine

Après de longues discussions avec Erdogan, Poutine assure que les relations avec la Turquie sont «restaurées».

‘We can CHANGE our destiny’ Putin meets Erdogan amid strained Turkish-Russian relations… https://t.co/NytW08RJyY

— RLS RUSSIAN NEWS (@RLSRUSSIANNEWS) May 3, 2017

Ils se sont notamment mis d’accord sur le projet de mise en place de zones de «désescalade» pour «pacifier» la Syrie, obtenir un cessez-le-feu, et aboutir à terme à la paix.

Vladimir Poutine:
“Nous sommes d’acord, c’est notre position commune, la création de zones de sécurité qui doivent pacifier la Syrie et renforcer les accords de cessez-le-feu. Comment contrôler le des accords dans cette condition, c’est une véritable question pour les negotiations à venir.”

Le président Reccip Teyyep Erdogan a confirmé les dires de Vladimir Poutine. Pour lui, la pacification est possible par les voies poltiques.

Le chef du MIT (services secrets turcs) avec les chefs d‘état-majors turc et russe à Sotchi pendant la rencontre Erdogan-Poutine. pic.twitter.com/sJ3HAErITK

— Restitutor Orientis (@RestitutorOrien) May 3, 2017

Reccip Teyyep Erdogan:
“Le cessez-le-feu ou, dans ses nouveaux termes, la période de non-conflit qui a été mise en place (la Turquie, l’Iran et la Russie en étant les garant), vont nous conduire à réussir dans nos efforts et trouver une solution politique (pour la Crise syrienne)”

Une nouvelle série de pourparlers sur la Syrie, parrainée par la Russie, l’Iran et la Turquie, doit avoir lieucette semaine mai à Astana, la capitale kazakhe pour arriver à un cessez-le-feu. Ce cessez-le-feu ne concerne pas Daesh, ni Fatah al-Cham (anciennement : Al-Nosra) et les autres groupes terroristes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des diplomates rendent hommage à l'ennemi de Poutine Boris Nemtsov

Russie : le corps de l'opposant russe Alexeï Navalny a été remis à sa mère

La mère d'Alexei Navalny dit avoir vu le corps de son fils