DERNIERE MINUTE

Une chaîne humaine dénonce le danger nucléaire en Belgique

Une chaîne humaine dénonce le danger nucléaire en Belgique
Taille du texte Aa Aa

Une chaîne humaine transfrontalière de 90km pour réclamer l’arrêt immédiat de deux réacteurs nucléaires belges a été formée, ce dimanche, par quelque 50 000 Allemands, Néerlandais et Belges, selon les organisateurs. La centrale de Tihange près de Liège et celle de Doel implantée dans le nord du pays, près d’Anvers, sont pointées du doigt. La découverte de fissures dans les cuves des réacteurs de ces centrales avait entraîné leur fermeture en 2013. Après une série de tests, elles avaient finalement rouvert deux ans plus tard. Cette décision est jugée “incompréhensible et inacceptable” par les associations anti-nucléaire à l’origine de cette chaîne humaine. Elles s’inquiètent aussi du prolongement pour dix ans de la durée de vie de certains réacteurs, décidée par le gouvernement belge.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.