EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Scandale Lévothyrox : l'ancienne formule de retour en pharmacie

Scandale Lévothyrox : l'ancienne formule de retour en pharmacie
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Face à la colère des patients, qui se plaignent d'effets secondaires indésirables, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé le retour en pharmacie de l'ancienne formule du Levothyrox d'ici 15 jours.

PUBLICITÉ

En France, les plaintes liées au Lévothyrox, ce médicament pour la tyroïde, ne cessent de se multiplier.

Face à la colère des patients, qui se plaignent d’effets secondaires indésirables, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé le retour en pharmacie de l’ancienne formule du Levothyrox d’ici 15 jours, ajoutant que des alternatives au médicament seraient disponibles dans un mois.

La nouvelle formule du Lévothyrox, distribuée depuis six mois par le laboratoire allemand Merck KGaA, fait l’objet d’une vive polémique, de nombreuses personnes se plaignant de crampes, maux de tête, vertiges, d’autres évoquent des pertes de cheveux.

Des dizaines de patients ont annoncé leur intention de porter plainte pour mise en danger de la vie d’autrui.

Trois millions de patients en France prennent ce médicament qui vise à soigner les dérèglements de la thyroïde, un organe essentiel qui régule de nombreuses fonctions du métabolisme.

#Levothyrox : Des effets indésirables, transitoires pour une majorité, persistent pour certains patients. J’ai entendu leur souffrance.

— Agnès Buzyn (@agnesbuzyn) 15 septembre 2017

Avec AFP

NDLR : La vidéo de ce sujet a été archivée. Des images d’archives montraient une usine du laboratoire américain Merck, différent du laboratoire allemand Merck KGaA.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives

Législatives 2024 : le Rassemblement national en tête, mais sans majorité absolue