Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Catalogne : la diplomatie catalane prend l'Europe à partie

Catalogne : la diplomatie catalane prend l'Europe à partie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Pour défendre l’indépendance catalane, le délégué aux Affaires étrangères de la tumultueuse Généralité, joue la carte de l’indignation. En visite officielle à Bruxelles, Raul Romeva a choisi de prendre les institutions européennes à partie : “Il y a aujourd’hui des prisonniers politiques au sein de l’Union européenne : ce qu’il se passe maintenant en Catalogne aura, sur le long terme, des effets sur tous les pays d’Europe, sur leur économie, mais surtout, sur la crédibilité de l’Union”, a-t-il déclaré.

Au cœur de la discorde, deux hommes : Jordi Sanchez, et Jordi Cuixart, deux militants de la cause catalane. Accusés de « sédition » par la justice espagnole, ils encourent jusqu’à 10 ans de prison. Figures politiques très populaires en Catalogne, leur sort a vivement ému les Catalans. Mardi, 200 000 indépendantistes sont sortis dans les rues de Barcelone.

Le leader de l’opposition espagnole, Pedro Sanchez, était lui aussi à Bruxelles. Pour lui, pas question de parler de « prisonniers politiques » : “Sur cette question, il y a des hommes politiques en prison, car ils n’ont pas respecté la loi et l’ont même violé”.

Pendant sa visite à Bruxelles, Pedro Sanchez a également indiqué que le président catalan avait deux options pour éviter l’application de l’article 155 : refuser de déclarer l’indépendance, ou convoquer des élections anticipées.