DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Donatella, elle l'a, elle l'a

Vous lisez:

Donatella, elle l'a, elle l'a

Donatella, elle l'a, elle l'a
Taille du texte Aa Aa

Il faudrait être fashionophobe,

Pour oser ainsi sur le podium porter un bob.

Prada s'en moque.

Cirés en plastoque ?

Rien à cirer.

Haute-couture hiver-automne

Pour météo bretonne,

Ça détonne

Sans en faire des tonnes.

Il s'agira pourtant de faire taire

Celles et ceux qui refusent cette mode utilitaire.

Insensé pour l'Italie ensoleillée, la Grande Botte,

Ne manque que parapluies et bottes,

Rendez-nous la Milanaise, intouchable et hot !

« L'amour est avide de fraîcheur », disait Shakespeare.

Dolce Gabanna convoque et moque le Second Empire.

Mannequins minces, frêles, guère épais,

Mais par pitié, pas de casquettes dans « Guerre et Paix ».

Vestes brodées, manteaux longs, ourlets courts, près de la peau,

Idéal pour un ristretto sur les rives du Pô.

Car le voilà le beau Milanais,

Arrivederci et bonne année.

Il survole le catwalk, ce fantôme,

Suivie d'une fille terne, grise, un spectre sur le podium.

Versace, on le préfère coloré,

Multi-tons, fluoré.

Tartans écossais et imprimés zèbre

C'est ça qui l'a rendu célèbre.

Alors grazie mille Donatella,

Donatella, elle l'a, elle l'a.

Plus de Cult