DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quand un meurtre sert la politique de colonisation israélienne

Vous lisez:

Quand un meurtre sert la politique de colonisation israélienne

Quand un meurtre sert la politique de colonisation israélienne
Taille du texte Aa Aa

La colonie sauvage Havat Gilad, près de Naplouse, en Cisjordanie, est désormais considérée comme légale. Le gouvernement israélien n'essaiera plus de la détruire. 

Ces 15 dernières années, il avait tenté à plusieurs reprises d'évacuer la cinquantaine de familles de colons qui vit là, en avant poste, isolée. 

Le meurtre d'un de ses habitants aura servi de prétexte. Selon l'ONG israélienne "la Paix maintenant", et son directeur des relations extérieures Brian Reeves, c'est une revanche du gouvernement contre les Palestiniens :

"Cette décision de reconnaître Havat Gilad et donc de fonder officiellement une nouvelle colonie, c'est une légitimisation des crimes patents de ces colons illégaux, cela ne prend pas en compte les aspects sécuritaires, ni les aspects politiques comme la préservation de la solution à deux Etats."

"Face à ceux qui sanctifient la mort, nous sanctifions la vie, c'est la politique de notre gouvernement" a expliqué le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors du conseil des ministres hier. 

Nul doute donc qu'il se sert du meurtre du rabbin pour poursuivre sa politique de colonisation en territoire palestinien occupé. Le rabbin avait 35 ans et était père de 6 enfants. Il a été tué le 9 janvier juste après l'annonce de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par les Etats-Unis. Les autorités israéliennes ont déjà tué deux Palestiniens en essayant d'arrêter le principal suspect du meurtre. Il s'agirait de Ahmed Jarrar, le fils d'un commandant du Hamas tué par Tsahal pendant la seconde Intifada (2000-2005). 

Le point sur la colonisation israélienne

Plus de 600.000 colons israéliens vivent une coexistence souvent conflictuelle avec près de trois millions de Palestiniens en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est annexée.

En 2017, Israël a avalisé 6.742 nouveaux logements, chiffre le plus élevé depuis 2013, selon la Paix maintenant. Israël a encore donné son feu vert le 11 janvier à plus de 1.100 logements.

La colonisation est illégale au regard du droit international. Elle est considérée par une grande partie de la communauté internationale comme faisant obstacle à la paix entre Israéliens et Palestiniens, ce que conteste le gouvernement israélien.