DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fuir la purge en Turquie au prix de sa vie

Vous lisez:

Fuir la purge en Turquie au prix de sa vie

Fuir la purge en Turquie au prix de sa vie
Taille du texte Aa Aa

Depuis Athènes, où il est maintenant en sécurité, Fatih Yasar prie pour les deux enfants et leur mère, morts dans les eaux gelées de l'Evros et remercie Dieu d'avoir survécu.

Cet entrepreneur turc, trentenaire et père de famille, a passé plus d'un an en prison après le coup d'Etat manqué en Turquie. Persécuté depuis sa sortie en novembre dernier, il a choisi de fuir son pays.

Mardi dernier à minuit, des passeurs lui avaient donné rendez-vous avec deux familles à Edirne, au nord-ouest de la Turquie. Après une marche d'une heure, les candidats à l'exil sont arrivés sur les rives de l'Evros, un fleuve qui longe la frontière entre la Turquie et la Grèce.

Le groupe de neuf personnes a embarqué sur un maigre canot pneumatique, sans gilets de sauvetage. L'embarcation a chaviré peu avant d'atteindre l'autre rive. Les corps de deux enfants et d'une femme ont été repêchés. Les cinq autres sont portés disparu.

"Tout s'est passé en un rien de temps. Je n'ai pas compris ce qui se passait. Quand on a chaviré, l'eau était si froide qu'elle m'a transpercé la poitrine. J'étais paralysé. L'eau glacée était insupportable. J'ai bu la tasse plusieurs fois. Le bateau a coulé et j'ai entendu une voix crier : Allah", se souvient Fatih Yasar au micro d'Euronews.

"La lutte pour la survie a commencé. J'ai essayé d’attraper une branche parce que le fort courant nous emportait rapidement. Avec la main gauche, j'ai attrapé une petite branche et avec ma main droite, la main d'un homme. Il faisait noir et je ne pouvais pas voir qui c'était", poursuit-il.

Une fois sorti du fleuve qui était en crue en raison de fortes pluies, Fathi Yasar a marché plusieurs heures dans la nuit, les vêtements trempés, jusqu'à tomber sur un soldat grec qu'il a averti de ce qui venait de se passer.

"Je pleurais, je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que je n'avais pas sauvé les enfants. Ces enfants auraient pu être les miens. J'en avais même porté un sur mes épaules pendant la marche", dit le survivant en larmes.

L'opposant turc Fetullah Gülen exilé aux Etats-Unis a présenté ses condoléances aux familles Abdurrezzak et Dogan qui ont disparu dans le naufrage et dénoncé "la chasse aux sorcières en Turquie", qui empêchent "des citoyens innocents de vivre dignement".

Moins d'une semaine après le dame, Fatih Yasar est toujours en état de choc. Mais il a un message a faire passer :

"La situation en Turquie nous a forcés à fuir notre patrie. Pourquoi les gens jettent leurs propres enfants au feu, à l'eau ? Je veux que les gens réfléchissent aux raisons derrière tout ça. Pourquoi tout cela arrive ?"

Michalis Arampatzoglou, Euronews :

"Des voyages comme celui-ci comportent de nombreux dangers. Mais pour eux, il n'y a pas d'alternative. Dans leur propre pays, ils ont été catégorisés comme Gülenistes, et là-bas, ils n'ont pas d'avenir. Les Turcs qui s'opposent à Erdogan qui ont parvenu à fuir craignent pour la sécurité de leurs familles restées au pays".