DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

100 experts s'attaquent aux fake news

Vous lisez:

100 experts s'attaquent aux fake news

Donald Trump
@ Copyright :
REUTERS/Jonathan Ernst
Taille du texte Aa Aa

"Fake news", le terme popularisé par Donald Trump durant sa camapagne électorale. Plus qu'une expression ou qu'un slogan, les fake news cachent un phénomène d'ampleure mondiale. Tant Hillary Clinton aux Etats-Unis qu'Emmanuel Macron en France, affirment avoir été la cible de ces campagnes de désinformation. Et pour cette experte, ce n'est pas près de s'arrêter.

"Je ne pense pas qu'on pourra éradiquer les fake news", affirme Beth Hewitt, professeur à l'Université de Salford (Manchester). "Je pense que la clé, c'est de donner les outils aux gens pour analyser et décider ce qu'ils veulent lire et comment interpréter ces lectures".

Ce mardi, une centaine d'experts se sont réunis en colloque à Bruxelles pour proposer des pistes pour contrer la désinformation en ligne. Des idées qui seront prises en compte par la Commission européenne.

"Ce qui est neuf, c'est la vitesse à laquelle ces infos se propagent", déclare Mariya Gabriel, Commissaire européenne à l'Economie et société numériques. "C'est à la fois politique et sociétal. Les fake news peuvent menacer les valeurs de notre société démocratique. C'est pourquoi il est si important d'avoir un large débat et d'essayer de trouver des solutions".

La technologie a rendu l'accès à l'information mais aussi à la désinformation beaucoup plus facile. "Chacun devrait pouvoir dire ce qu'il pense et écrire ce qu'il veut, particulièrement à l'ère d'internet. Donc les fake news, c'est le journalisme d'aujourd'hui", déclare cette passante. "En tant que citoyens responsables, on devrait tous faire quelque chose et être responsables de nos actes", assure cette femme. "Je pense qu'il ne faut plus avoir confiance dans les médias sociaux. Il faut lire les vrais journaux", conclut cet homme.

La Commission devrait dévoiler son plan d'action contre les fake news au printemps.