DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Arthrose : l'espoir des thérapies ciblées

Vous lisez :

Arthrose : l'espoir des thérapies ciblées

Arthrose : l'espoir des thérapies ciblées
Taille du texte Aa Aa

Entre chacune de nos vertèbres, se trouvent des disques précieux pour la mobilité de la colonne. Mais ils s'usent et sont responsables de maux de dos. En cause : l'arthrose. C'est la maladie des articulations la plus répandue dans le monde et il n'existe à ce jour aucun traitement. Pour y remédier, des chercheurs travaillent dans le cadre d'un projet européen sur des solutions pour régénérer les articulations abîmées.

L'arthrose touche des millions de personnes à travers le monde. La maladie détruit progressivement le cartilage situé à l'extrémité des os. Aujourd'hui, seuls les symptômes sont traités essentiellement avec des anti-douleurs et des anti-inflammatoires. Dans les cas les plus graves, la chirurgie est nécessaire pour remplacer l'articulation affectée.

Au Centre hospitalier universitaire Erasme de Rotterdam, nous rencontrons une patiente atteinte, Margreet Lagendijk : "Le principal problème, c'est la douleur : chaque jour, j'ai très mal, j'ai des raideurs, je ne peux pas faire ce que je veux et notamment travailler," confie-t-elle.

"Le problème dans les articulations, c'est que le cartilage s'use, il y a une dégradation du cartilage, une modification osseuse et une inflammation à l'intérieur de l'articulation, explique ​Koen Bos, chirurgien orthopédique au sein de l'établissement. Il existe des traitements pour réparer des lésions localisées du cartilage, mais il n'y a aucune technique pour réparer complètement une articulation touchée par l'arthrose," souligne-t-il.

S'attaquer aux différentes facettes de la maladie

Mais la donne pourrait changer. À l'Université Erasme, des scientifiques participent à un projet européen baptisé TARGETCARE qui vise à développer des thérapies innovantes pour l'arthrose. L'un des objectifs est de parvenir à régénérer le cartilage endommagé.

"Là où c'est déterioré, on place les molécules que l'on développe pour vérifier comment le traitement réussit à améliorer ou à favoriser la réparation du tissu, indique Andrea Lolli, biologiste moléculaire. Il y a déjà des cellules souches dans l'articulation et on utilise des molécules qui vont agir sur ces celulles là où c'est endommagé de manière à ce que celles-ci soient stimulées pour créer de nouveaux tissus, sains et stables," précise-t-il.​

Réparer le cartilage : le défi est de taille, mais il n'est pas suffisant. Le projet entend développer de multiples outils pour s'attaquer aux différentes facettes de la maladie dont l'inflammation.

"On essaie de transporter le médicament jusqu'au cartilage abîmé pour le régénérer et en même temps, on essaie d'empêcher l'inflammation qui a lieu dans la structure qui entoure le cartilage et qui plus ou moins, cause la douleur au patient souffrant d'arthrose," détaille ​Laura Creemers, vice-coordinatrice du projet.

TargetCare

Nanomédecine​

​L'ambition de ces thérapies ciblées passe par la nanomédecine. ​À l'Imperial College de Londres, les scientifiques encapsulent des substances actives dans des nanoparticules, sortes de "véhicules" qui permettent de libérer le médicament exactement là où on le souhaite.

"Nous sommes capables de contrôler la dégradation de ces nanoparticules dans le tissu qu'on a choisi. Et surtout nous voulons être capables de contrôler la durée de l'effet du médicament," insiste ​Lucia Massi, chimiste en pharmaceutique.

​Laura Creemers renchérit : "Nous tentons de soigner chaque tissu avec le traitement dont il a besoin, donc d'améliorer le ciblage de différents types de processus dans une même articulation."

Si les recherches sont prometteuses, plusieurs années seront encore nécessaires avant les premiers tests cliniques.

Plus de futuris