DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La contribution de Stephen Hawking

Vous lisez:

La contribution de Stephen Hawking

La contribution de Stephen Hawking
Taille du texte Aa Aa

Réconcilier relativité générale et physique quantique, deux théories résolument inconciliables : c'est la grande quête des physiciens et Stephen Hawking y a contribué à sa manière, notamment par son travail sur les trous noirs. Les explications de l'astrophysicien Marc Lachièze-Rey, directeur de recherche émérite au CNRS :

"Concernant les trous noirs, il a montré un résultat assez surprenant à l'époque qui est qu'un trou noir, sans doute, rayonne, émet du rayonnement, du rayonnement électromagnétique par exemple, et que donc ce n'est pas, comme on le croyait, quelque chose qui n'émet rien du tout. Et ça pose un problème, qui est discuté de manière très intense chez les physiciens aujourd'hui - débat auquel Hawking a beaucoup participé jusqu'à la fin de sa vie - qui est le problème de l'information. On ne sait pas si lorsqu'un trou noir se forme et qu'il avale des objets, l'information relative à ces objets disparaît complètement, si elle est détruite ou bien si elle est restituée."

"Et c'est intéressant parce que l'analyse de cette question nous fait progresser dans cet essai d'harmonisation de la relativité générale et de la physique quantique qui est un des buts essentiels de la physique théorique aujourd'hui et que déjà Einstein avait envisagé. Donc c'est une chose sur laquelle les physiciens fondamentaux travaillent depuis à peu près un siècle et ça n'est toujours pas résolu, et on ne sait pas si ça sera résolu demain, dans un an, dans un siècle ou jamais."

Stephen Hawking s'interrogeait aussi beaucoup sur l'avenir de l'humanité et estimait que "le développement d'une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à la race humaine". Pour Marc Lachièze-Rey, une mise en garde relevant de la responsabilité des scientifiques :

"C'est un outil extrêmement puissant, l'intelligence artificielle, donc il faut faire attention de l'utiliser à bon escient", prévientl'atrophysicien.

"Je crois que ce que voulait dire Hawking, c'est que les recherches scientifiques sur des outils qui peuvent être très puissants - on pourrait prendre l'exemple de l'énergie nucléaire - c'est quelque chose qui doit être contrôlé et qui ne doit pas être laissé au bon vouloir d'entreprises qui ne cherchent qu'à en tirer du profit sans s'occuper, disons, de l'avenir de l'humanité."