DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une réforme médicale qui inquiète en Belgique

Vous lisez:

Une réforme médicale qui inquiète en Belgique

Une réforme médicale qui inquiète en Belgique
Taille du texte Aa Aa

Sakina et Rachid ont une fille de trois mois née dans un hôpital belge. Tous les matins cette famille marocaine se demande comment elle pourra payer la facture de l'accouchement, évaluée à plus de 5 000 euros. En théorie ils sont couverts par l'aide médicale urgente censée venir en aide aux personnes en situation irrégulière. Mais leur dossier est empêtré dans les méandres de la bureaucratie. Rachid ne cache pas son épuisement face à cette situation. "Je fais tout pour ma famille mais je suis bloqué ", déplore-t-il. Sa femme se demande ce qu’ils vont faire pour leur fille. "Si je vais à l’hôpital je dois payer, si Médecins du monde n’est pas là pour m’aider ", ajoute Sakina.

Pour l'ONG la réforme souhaitée par le gouvernement n’a aucun sens. L'objectif du texte est de réduire l'accès à l'aide médicale urgente. Les autorités défendent cette mesure afin de lutter contre les abus. L’argument est balayé par Ruth Shrimpling. Cette assistante sociale de Médecins du monde explique que "cette idée que les migrants viennent ici pour profiter de la sécurité sociale n'a aucun fondement et elle créée cette atmosphère xénophobe en Belgique et en Europe ". Selon l’ONG, 90% des sans-papiers n'ont pas recours à l'aide médicale urgente.