DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Décharges enfouies : une future mine d'or ?

Vous lisez :

Décharges enfouies : une future mine d'or ?

Décharges enfouies : une future mine d'or ?
Taille du texte Aa Aa

Vingt millions de tonnes de déchets industriels ont été enterrées depuis les années 1990. Un défi écologique, mais aussi une opportunité économique. Ces bouts de plastique et de métaux peuvent-ils être extraits et recyclés de manière durable et efficace ? Des chercheurs européens creusent en profondeurs pour trouver des réponses.

A Houthalen-Helchteren (Belgique), une déchetterie enfouie recouvre environ 230 hectares de terres. A certains endroits sous le sol, on retrouve une dizaine de mètres d'épaisseur de plastique, de bois, de métaux ou de papier. Pour la plupart des gens, ce ne sont que des déchets. Mais pour les scientifiques, on est face à un véritable trésor.

C'est le cas d'Yves Tielemans, du groupe Machiels spécialisé dans les services environnementaux et les énergies renouvelables. Selon lui, "les ordures que l'on trouve ici présentent une quantité énorme de matières premières secondaires et d'énergie, que l'on peut récupérer de ces déchetteries et réinjecter dans l'économie. Pour le faire, nous avons besoin de technologies très innovantes, pour extraire les déchets, les trier et les traiter de manière précise afin de récupérer certains matériaux".

L'une de ces technologies avancées est en train d'être étudiée en Autriche, à l'Université de Leoben: un prototype équipé de trois détecteurs qui lui permettent de trier les déchets a été mis au point. Pas facile : leur composition et leur structure ont été altérées par le temps passé sous terre.

Bastian Küppers, ingénieur spécialisé dans la gestion des déchets, rappelle que "dans les dépotoirs, les déchets sont soumis à de nombreuses influences. La poussière et l'eau altèrent la surface des déchets. Dans les déchetteries, l'environnement peut être très alcalin et acide, cela aussi a des effets sur les matériaux. Donc quand les déchets son extraits de la terre, nous affectons une série d’algorithmes dans les capteurs de notre machine pour qu'elle soit en mesure de reconnaître les matériaux, tout en laissant de côté certaines substances".

Une fois triés, les matériaux récupérés peuvent être recyclés grâce à un procédé chimique ultra-sophistiqué. Retour en Belgique, à Louvain cette fois . Ici, des chercheurs transforment les ordures en une poudre de verre qui, mélangée à du sable et à d'autres composants chimiques, peut servir à fabriquer des matériaux de construction tels que des briques, des tuiles ou des pavés.

"La composition chimique de ces produits n'a rien à voir avec celle du béton classique. Ils ont les même propriétés mécaniques. Mais sur le plan chimique, ils sont totalement différents. Ils sont par exemple beaucoup plus résistants aux attaques acides ou aux fortes températures", assure l'ingénieur Lukas Arnout.

En Europe, quelque 500 000 décharges enfouies attendent d'être traitées. Pour l'économie, et pour l'écologie, les chercheurs assurent que ce serait gagnant gagnant.

Pour Tom Jones, coordinateur du projet "New Mine" à l'Université de Louvain, ce procédé va s'imposer de lui même : "Une décharge est comme une une maison, un bâtiment qui tôt ou tard commencera à se fissurer. Tôt ou tard, la pollution de l'eau et des terres aura lieu. En d'autres termes, toutes ces décharges auront besoin de ces mesure correctives. L'extraction des déchetteries enfouies peut combiner deux objectifs : retirer à jamais les sources de pollution et réutiliser les ressources", résume le scientifique.

D'après les chercheurs, l'extraction optimisée des décharges peut devenir une réalité en Europe dans la prochaine décennie... A condition que de nouvelles réglementations soient mises en place rapidement.

Plus de futuris