DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Attentats en Indonésie : une famille de kamikazes

Vous lisez:

Attentats en Indonésie : une famille de kamikazes

Attentats en Indonésie : une famille de kamikazes
@ Copyright :
REUTERS/Beawiharta
Taille du texte Aa Aa

En Indonésie, la ville de Surabaya est sonnée. Les attentats suicide perpétrés dans la deuxième ville du pays ont tous été commis par les membres d'une seule et même famille... dont deux petites filles, âgées de 9 et 12 ans.

Ce dimanche, trois attaques ont visé plusieurs églises faisant au moins 13 morts et une quarantaine de blessés, soit le plus lourd bilan dans ce pays depuis des attaques contre deux hôtels de luxe à Jakarta en 2009, qui avaient fait 9 morts. Les attentats de dimanche ont été revendiqués par le groupe djihadiste État islamique.

Les auteurs des attentats sont donc six membres d'une famille indonésienne : la mère et ses deux filles portaient des niqab et des bombes autour de la taille qu'elles ont fait explosé une fois dans l'église. Non loin de là, le père a de son côté utilisé une voiture piégée, tandis que les deux fils, de 16 et 18 ans, ont pénétré à moto dans un autre lieu de culte avant de se faire exploser.

Selon les médias locaux, la famille aurait pu revenir de Syrie, où des centaines d'Indonésiens ont afflué ces dernières années pour combattre aux côtés des jihadistes de l'EI. La famille était liée au mouvement radical Jamaah Ansharut Daulah (JAD), qui soutient le groupe État islamique.

Le pape François a dénoncé l'intolérance religieuse au sein du pays. "Je suis de tout cœur avec le peuple d'Indonésie. Je prie pour les victimes et pour leurs proches", a déclaré le Saint-Père.

En Indonésie, où 90% de la population est musulmane, la violence envers les minorités religieuses s'accroît ces dernières années. En février dernier, un homme avait blessé plusieurs fidèles au cours d'une messe avant d'être abattu.

D'après la police nationale, cette série d'attaques pourraient être un acte de représailles après l'arrestation de responsables du mouvement JAD.