DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des citoyens en quête de justice climatique

Vous lisez:

Des citoyens en quête de justice climatique

Des citoyens en quête de justice climatique
Taille du texte Aa Aa

12 hectares de forêt qui partent en fumée. Armando Carvalho se souviendra longtemps de l'automne 2017. Le centre du Portugal avait été ravagé par des incendies meurtriers qui ont fait une centaine de victimes.

Le sylviculteur a perdu son exploitation et se dit victime des effets du dérèglement climatique. Avec une dizaine de familles, il a saisi la justice européenne pour obtenir que Bruxelles réduise davantage ses émissions de CO2.

« Nous devons rapidement trouver de nouvelles solutions au vu des problèmes auxquels nous faisons face », explique Armando Carvalho. « L'Europe, les institutions européennes, ne peuvent pas prendre le sujet à la légère, c'est très sérieux. C'est un problème qui n'est pas seulement environnemental mais qui concerne la sécurité des citoyens européens. »

Le Réseau Action Climat réunit des ONG de toute l'Europe. C'est cette organisation qui a déposé plainte mercredi devant la Cour européenne de Justice au nom de familles européennes mais également du Kenya et des îles Fijdi. Une première sur le Vieux Continent.

« La cour doit dire si les règles européennes sont suffisamment bonnes. Si elles ne le sont pas, il faut les annuler, dans le sens qu'elles permettent trop d'émissions de gaz à effet de serre jusqu'à 2030 », souligne Roda Verheyen, avocate des familles plaignantes. « Les familles plaignantes demandent une injonction. Si l'on reconnaît que ces réglementations ont déjà causé assez de dégâts, alors arrêtons d'aggraver la situation. »

Les Européens se sont fixé l'objectif de baisser de 40 % leurs émissions d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Insuffisant pour les plaignants malgré les nouvelles ambitions affichées par la Commission.

Les familles plaignantes assurent que cette initiative n'a pas pour but de demander des indemnités à Bruxelles mais d'attirer l'attention sur un problème dont les pays industralisés sont les responsables.