Seine-Maritime: les homosexuels invités à adopter des enfants "cassés"

Photo prétexte adoption par couples homosexuels.
Photo prétexte adoption par couples homosexuels.
Tous droits réservés 
Par Joël Chatreau
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Totale indignation des associations de défense des droits homosexuels en France. Selon une responsable de l'adoption du département de Seine-Maritime, en Normandie, si les couples homosexuels veulent avoir une chance d'adopter, ils doivent choisir des enfants "cassés", "perturbés", "handicapés"...

PUBLICITÉ

Les couples homosexuels, dans le département français de Seine-Maritime, en Normandie, n'auraient le droit d'adopter que des enfants en mauvaise santé physique ou mentale, si l'on en croit la responsable du service départemental d'adoption. Cette dernière, Pascale Lemare, assume ce point de vue discriminatoire qu'elle a expliqué à la radio publique France Bleu Normandie (Seine-Maritime, Eure). Ses propos scandalisent plusieurs associations de défense des droits des homosexuels, dont l'une a déjà déposé une plainte en justice.

La radio française qui a mené l'enquête avait recueilli auparavant trois témoignages de couples homosexuels qui allaient dans ce sens. Ils avaient rencontré la chef du service d'adoption de Seine-Maritime qui, selon eux, leur avait tenu le même genre de discours et les avait finalement totalement découragés.

Voici quelques extraits de l'interview de Mme Lemare par France Bleu :

"Ils sont un peu atypiques (les couples homosexuels), si on peut dire, par rapport à la norme sociale et à la norme biologique".

"Si leur projet supporte des profils d'enfants atypiques (...), si les couples homosexuels ont des attentes ouvertes, ils peuvent très bien adopter un enfant".

Qu'entend-elle par "enfants atypiques" ? "Des enfants dont personne ne veut, puisqu'il y a des gens qui ne veulent pas adopter des enfants trop cassés, trop perturbés psychologiquement, trop grands, handicapés. Ces enfants là ont des perturbations qui ne sont pas recherchées par les couples, et c'est normal".

Une première plainte déposée par l'Association des familles homoparentales

Le président du Conseil Départemental de Seine-Maritime, Pascal Martin, s'est empressé de condamner les propos de la fonctionnaire pour tenter d'éteindre le feu. Dans un communiqué, il indique "qu'à aucun moment, le département ne considère les couples homosexuels comme atypiques. De la même manière, chaque enfant est différent et tous ont le même droit à l'adoption". 

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes Publics, Olivier Dussopt, a pour sa part réagi sur Twitter : ces paroles sont pour lui "contraires aux principes de neutralité, d'égalité et de refus des discriminations qui caractérisent la fonction publique. Je les condamne...".

Parmi les organisations de défense des droits des homosexuels, l'Association des familles homoparentales (ADFH) se dit particulièrement choquée. C'est elle qui a décidé d'ores et déjà de porter plainte auprès du procureur de Rouen.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les journalistes ont eu un accès rare au sous-marin français à propulsion nucléaire de classe Rubis

Elections européennes : les Républicains font campagne sur l'immigration à Menton

Paris se débarrasse-t-elle de ses migrants en vue des JO ?