DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Grèce, la quête de coupables...

Vous lisez :

En Grèce, la quête de coupables...

En Grèce, la quête de coupables...
Taille du texte Aa Aa

Trouver des coupables... Alors que les cendres de l'incendie de Mati - qui a emporté près de 90 vies - sont encore fumantes, de nombreux Grecs veulent voir des têtes tomber.

La piste de l'incendie criminel évoquée par le gouvernement reste à confirmer, mais si la tragédie a été aussi meurtrière, des décennies d'urbanisme anarchique et de constructions sans permis y sont pour beaucoup. Devant ses ministres, Alexis Tsipras n'en a pas moins fait son mea culpa.

"Je veux assumer intégralement devant le peuple grec la responsabilité politique de cette tragédie, a-t-il déclaré à l'issue des trois jours de deuil national. Je crois que cela va de soi pour le Premier ministre du pays."

Le maire de Rafina dénonce, lui, de graves dysfonctionnements dans la transmission des information lors de l'incendie, lundi.

"J'ai fait évacuer l'orphelinat à Marathonas, assure Giannis Bournous. Ils ne peuvent pas dire qu'ils ne pouvaient pas évacuer ma zone. Ils le pouvaient. Mais ils auraient dû dire que le feu allait changer de direction, qu'il ne ferait pas qu'avancer, qu'il allait aussi revenir en arrière et qu'il fallait évacuer."

Pour Giannis Damianoglou, pompier volontaire, c'est la réaction trop tardive du service incendie qui est en cause.

"C'est entièrement la faute du service incendie, dit-il. Au moment où le départ de feu a été signalé, il aurait dû mobiliser un hélicoptère et un Canadair. Pas un seul véhicule n'est venu à la rencontre des résidents pour leur dire de partir alors que le feu se dirigeait vers eux."

A Mati, les indemnisations et compensations proposées par le gouvernement ne font qu'attiser la colère de ceux qui veulent des responsables. Les responsables gouvernements et locaux assurent, eux, que toute erreur ou négligence sera jugée devant la justice.