DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Frontière Serbie/Kosovo : l'Europe met en garde

Vous lisez:

Frontière Serbie/Kosovo : l'Europe met en garde

Frontière Serbie/Kosovo : l'Europe met en garde
Taille du texte Aa Aa

Plusieurs États membres, parmi lesquels l'Allemagne et la Finlande, ont mis en garde contre une redéfinition des frontières de la Serbie avec le Kosovo. Ce sujet était au coeur d'une réunion des ministres des affaires étrangères à Vienne (Autriche), ce vendredi.

Plusieurs responsables politiques, à l'instar du ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas, ont estimé qu'un tel changement risquerait d'exacerber les tensions ethniques.

« Discuter d'un changement de terre entre le Kosovo et la Serbie ne nous permetttra pas d’atteindre l'objectif. Nous pensons plutôt que cela rouvrira à beaucoup de vieilles blessures dans la population et c’est pourquoi nous sommes très sceptiques.», a déclaré Heiko Maas.

Le ministre finlandais Timo Soini a pour sa part appelé à la prudence : « Nous devons être très prudents et ne pas créer de nouveaux problèmes ».

Un dialogue continu

La Serbie refuse d’entériner en l’état l’indépendance de son ancienne province albanaise, déclarée en 2008 et reconnue par une centaine de pays dans le monde, parmi lesquels un majorité d'Etats de l'UE (sauf Chypre, l'Espagne, la Grèce, la Roumanie et la Slovaquie). Or la normalisation des relations est une condition essentielle vers une adhésion à l'Union européenne. La Serbie et le Kosovo ont convenu en 2013 de résoudre tous les problèmes en suspens mais peu de progrès ont été réalisés à ce stade.

Cette question sera à nouveau discutée à Bruxelles dans un format plus restreint, le 7 septembre prochain. Seront présents Hashim Thaçi, président du Kosovo, et Aleksandar Vučić, président de la Serbie, ainsi que la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères, Federica Mogherini.