DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'opposant russe Verzilov aurait été empoisonné (hôpital)

Vous lisez :

L'opposant russe Verzilov aurait été empoisonné (hôpital)

L'opposant russe Verzilov aurait été empoisonné (hôpital)
Taille du texte Aa Aa

Pyotr Verzilov a "très vraisemblablement" été empoisonné. C'est le verdict de ses docteurs à Berlin, où l'opposant russe a été transféré dimanche dans un état grave depuis Moscou à bord d'un avion médicalisé.

Les médecins allemands affirment en revanche ne pas avoir décelé la substance précise qui a plongé un temps dans le coma le membre des Pussy Riot et fondateur d'un site d'information.

Pyotr Verzilov souffre de syndrome anticholinergique, qui se traduit par le blocage de certains neurotransmetteurs. Son apparition soudaine serait révélatrice d'un empoisonnement, selon les praticiens berlinois qui ont donné une conférence de presse ce lundi.

"L'état du patient nécessite toujours un traitement intensif. Mais je pense que la nouvelle la plus importante est que son pronostic vital n'est pas engagé. Son état s'est beaucoup amélioré", s'est félicité le Pr. Kai-Uwe Eckardt, docteur au département de néprhrologie et de soins intensifs à l’hôpital universitaire de la Charité de Berlin.

Pyotr Verzilov, qui avait fait les gros titres en envahissant la pelouse de la finale de la Coupe du monde de football en Russie, ce pour quoi il avait écopé de 15 jours de prisons.

Il est tombé malade autour du 10 septembre et a attendu plusieurs jours avant de se rendre à l'hôpital, sans quoi il serait sûrement mort, selon les médecins allemands.

Son épouse Nadejda Tolokonnikova, elle aussi membre des Pussy Riot, précise que l'activiste était présent le 11 septembre à une audition au tribunal, en Russie.

"Je pars du principe qu'il a été victime soit d'un acte d'intimidation, ou une tentative d'assassinat", a déclaré Nadeja Tolokonnikova.

Jessica Stalz, Euronews :

"Verzilov est détenteur de la double nationalité, russe et canadienne. L'ambassade du Canada ici aide certainement à superviser son dossier, certains affirment que les Canadiens paient ses soins de santé ici à Berlin et il se dit aussi qu'ils aideront à faire avancer l'enquête".