Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Theresa May à l'attaque suite au sommet de Salzbourg

Theresa May à l'attaque suite au sommet de Salzbourg
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Première ministre britannique revient du sommet de Salzbourg. Vincent McAviney, correspondant d'Euronews à Londres nous livre son analyse :

"Suite au retour de Theresa May du sommet de Salzbourg, les titre des journaux évoquent un désastre et une humiliation. Elle a missionné des ministres pour défendre la position du gouvernement et son plan de sortie de l'union. Mais elle a senti qu'elle devait aussi monter au créneau pour que son plan soit accepté.

En réalité sa sortie était davantage rhétorique que substantielle en disant qu'elle travaille "jour et nuit depuis deux ans pour obtenir un accord que personne ne veut plus qu'elle". Ajoutant qu'" elle est prête à se retirer sans accord plutôt qu'avec un mauvais". Une façon de renvoyer la balle à l'Union européenne et de prendre un peu de hauteur.

Dans l'hypothèse d'un non accord, elle a parlé de la situation des 3,5 millions de citoyens européens présents au Royaume-Uni en disant qu'elle veut qu'ils restent et qu'on leur accorderait tous leurs droits. Elle a aussi déclaré qu'elle respecte depuis longtemps l'UE et qu'il est temps qu'elle soit respectée en retour.

Elle s'est sentie humiliée à Salzbourg. Il y a eu ce post sur les réseaux sociaux de Donald Tusk se moquant d'elle. Cela a semblé agacer Theresa May, elle est apparue énervée lors de la conférence de presse de jeudi.

Aujourd'hui, elle veut lutter contre cette défiance au sein même de son parti. Elle veut associer les membres des conservateurs car son plan de sortie de l'Union est dans une situation critique. Elle ne peut pas présenter ce plan devant le parlement car il semble qu'elle n'a pas les voix nécessaires. Donc elle essaie d'avoir le soutien des poids lourds avant de se rendre à la conférence de son parti la semaine prochaine".