EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Canal du Midi : inquiétude autour de l'abattage des platanes centenaires

Canal du Midi : inquiétude autour de l'abattage des platanes centenaires
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les défenseurs du canal craignent le déclassement du site par l'Unesco lors de sa prochaine inspection

PUBLICITÉ

Les célèbres rives du canal du Midi dans le sud de la France vont-elles rester classées au patrimoine mondial de l'Unesco ?

L'inquiétude grandit alors que s'intensifie la campagne d'abattage des platanes centenaires atteints d'une maladie incurable.

Mais pas de quoi inquiéter ce porte-parole des Voies navigables de France qui ne croit pas du tout en un déclassement du site par l'Unesco.

Jacques Noisette, Voies navigables de France : "On prépare le canal de demain. On est héritiers de 350 ans de canal, on prépare les 350 prochaines années du canal du Midi."

D'ici novembre, ce sont pourtant 22 000 arbres qui auront été coupés, soit près de la moité des arbres plantés au milieu du XIXe siècle le long de ce canal lancé sous Louis XIV.

Un abattage radical décidé pour enrayer la prolifération d'un champignon contagieux : le chancre coloré.

Même si 8000 arbres vont être replantés, c'est tout le charme ancestral du canal qui va disparaître pour au moins les trente prochaines années. Au risque de faire fuir les dizaines de milliers de touristes qui empruntent annuellement le canal.

Les défenseurs du site sont d'autant plus inquiets que cette artère fluviale serait polluée et souffrirait d'un manque d'entretien.
Mais les autorités restent confiantes en attendant le prochain rapport d'évaluation de l'Unesco prévu en 2019.

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : la 16e traversée de Paris en voitures d'époque

Les Etats-Unis rejoignent l'Unesco, qu'ils avaient quittée sous Trump

95% des collections de la Vieille Bourse de Copenhague ont été sauvées in extremis