Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Russie répond aux accusations britanniques

La Russie répond aux accusations britanniques
Taille du texte Aa Aa

La correspondante d'euronews à Moscou, Galina Polonskaya, nous livre son analyse sur les accusations britanniques :

"Un sacré mélange dans une simple bouteille de parfum Nina Ricci", c'est ainsi que Maria Zaharova, la porte-parole du ministère des Affaires Etrangères russes a réagi à ces nouvelles accusations de la Grande-Bretagne. Elle s'exprimait à l'issue d'une réunion il y a une heure maintenant. Pour elle, tout est mélangé dans cette bouteille : espionnage, cyberpirates, Kremlin...Que ceux qui avaient inventé cette histoire avaient l'imagination d'un Andersen, l'auteur de contes de fée.

Maria Zaharova a souligné qu'il était indigne d'un pays qui se prétend faire partie des leaders mondiaux de porter de telles accusations. Qu'il est bien vu de viser la Russie quand il s'agit de hackers ou quand la Russie a un autre point de vue. La Russie est prête à collaborer en matière de cybersécurité avec la Grande-Bretagne. Alors que s'est-il passé ? Maria Zaharova a relié l'affaire Skripal avec ces nouvelles accusations selon lesquelles le GRU serait impliqué. Nous savons désormais ce que Vladimir Poutine pense de Skripal. Hier, il l'a appelé le traître et a clairement dit que l'agence GRU ne penserait pas une seconde à se rendre en Grande-Bretagne pour s'occuper de et homme.

La Russie a toujours nié toute implication dans ces cyberattaques mais entend bien se protéger elle-même de ce type de menaces. Le FSB vient de se doter d'un service spécialisé contre ces attaques.