DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Castaner, de lieutenant à premier flic de France

Vous lisez :

Castaner, de lieutenant à premier flic de France

Castaner, de lieutenant à premier flic de France
Taille du texte Aa Aa

Parmi les quatre sorties, huit entrées et six déménagements annoncés au sein du gouvernement français, une nomination était au centre des attentions. Celle de Christophe Castaner au ministère de l'Intérieur, dont la vacance avait forcé le remaniement.

Lors de la passation de pouvoir ce mardi place Beauvau, le marcheur de la première heure (il était porte-parole d'Emmanuel Macron pendant sa campagne) a promis un dévouement total au service de la France :

"Chaque jour, 24h/24, sans repos, sans attente, sans perte de temps, parce que la sécurité de nos concitoyens implique cet engagement total", a précisé le successeur de Gérard Collomb, dont la nomination a tardé deux semaines.

Pour pallier son manque d'expérience en matière de sécurité nationale, l'ancien socialiste sera secondé par Laurent Nunez, jusqu'alors patron de la DGSI, le renseignement intérieur français.

Peu importe, le choix d'un lieutenant d'Emmanuel Macron pour diriger ce duo fait grincer des dents à gauche comme à droite du gouvernement.

"Le ministre de l'Intérieur n'est pas choisi pour ses compétences particulière sur les questions de protection des Français. Dans un contexte très difficile (...), il est choisi parce qu’il est le patron d'En Marche, il est choisi pour sa proximité politique", a regretté Eric Ciotti, député Les Républicains.

Pour son premier déplacement, Christophe Castaner s’est rendu aux Lilas (Seine-Saint-Denis), où un garçon de 13 ans est décédé samedi dans une rixe improvisée entre quartiers rivaux.