DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'infirmier qui tuait des patients devant ses juges

Vous lisez :

L'infirmier qui tuait des patients devant ses juges

L'infirmier qui tuait des patients devant ses juges
Taille du texte Aa Aa

C'est une affaire sans précédent en Allemagne.

Un ancien infirmier est accusé d'avoir tué au moins 100 de ses patients. Son procès, hors norme, vient de débuter à Oldenbourg. Niels Högel a reconnu ses crimes devant la cour.

Dans la salle face à lui, des familles des victimes.

Elles veulent comprendre comment l'infirmier a pu tuer sans que ses employeurs, la police ou la justice ne réagissent.

"Nous voulons des éclaircissements sur le contexte des événements, comme la responsabilité des collègues et des hôpitaux, même s'il va y avoir un procès séparé pour cela" Gaby Lübben, avocate des familles des victimes.

Les proches veulent que justice soit rendue et achever leur deuil : "J'attends surtout des explications, et que cet homme reçoive une punition juste, si une telle chose existe. J'espère aussi qu'enfin, peut-être, on pourra oublier tout ça" souligne Frank Brinkers, le fils d'une des victimes.

Interrogé par la cour, Niels Högel a commencé à apporter de premiers éléments de réponses sur sa vie et sa personnalité, expliquant s'être drogué aux analgésiques pour faire face à la pression d'un service de soins intensifs en sous-effectif : "C'était le stress. Avec les médicaments, ça me paraissait plus facile, tout simplement", a expliqué l'accusé, avant d'ajouter qu'il aurait dû réaliser que "ce métier n'était pas fait pour (lui)".

Pendant 5 ans, de 200 à 2005, l'infirmier a injecté à des patients des médicaments pour provoquer un arrêt cardiaque avant de tenter de les ranimer, le plus souvent sans succès.

Ses motifs: son désir de briller devant ses collègues en montrant ses talents de réanimation, et "l'ennui", selon le parquet. Il choisissait arbitrairement ses victimes, âgées de 34 à 96 ans. L'expertise psychiatrique a révélé des troubles narcissiques et une peur panique de la mort.

Jusqu'ici, Niels Högel n'a jamais exprimé de réels remords. Et selon des co-détenus, il se satisfait d'être le plus grand criminel depuis la dernière Guerre en Allemagne.

Niels Högel aurait encore bien des secrets. Selon les enquêteurs, le nombre réel de ses victimes s'élèverait à plus de 200 mais impossible de le prouver car de nombreux patients ont été incinérés.

Il purge déjà une peine de prison à perpétuité depuis près de 10 ans pour six crimes similaires.

avec AFP