DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La résistance au président élu Bolsonaro s'organise au Brésil

Vous lisez :

La résistance au président élu Bolsonaro s'organise au Brésil

La résistance au président élu Bolsonaro s'organise au Brésil
Taille du texte Aa Aa

Mariana Nery partage la colère des nombreux jeunes Brésiliens qui sont descendus dans la rue après la victoire de Jair Bolsonaro à la présidentielle.

Cette étudiante enseignante milite dans une organisation de jeunesse de gauche.

Elle craint pour l'avenir des communautés minoritaires diabolisées par le président élu d'extrème-droite pendant sa campagne électorale : "Mes amis gays ont peur de s'embrasser dans la rue. Ils ont peur de s'embrasser, ils ont peur de montrer ce qu'ils veulent faire".

Pour Mariana, impossible de rester passive. Elle est descendue dans la rue dès le premier appel à manifester contre Jair Bolsonaro à Rio de Janeiro. Les opposants du prochain président sont déterminés à combattre sa politique. Mais ils disent que leur résistance consiste aussi à combattre un climat de peur : "Une personne comme lui, le fait qu'il ait été élu, signifie que les gens légitiment tout ce qu’il a dit : que les femmes sont inférieures, que les noirs sont inférieurs et tout ce qu'il a dit contre les mouvements sociaux."

Mais la gauche brésilienne est divisée. L'un des plus grands défis pour des groupes comme celui-ci est de s'unir autour d'une cause commune. "Ce dont la population a besoin aujourd'hui, c'est que les gen s comprennent leurs droits et n'acceptent pas qu'on leur retirent facilement. Si les gens y parviennent, ils auront déjà avancé" explique Vitor Guimaraes, du mouvement du peuple sans peur.

Le Congrès brésilien entend aussi s'opposer à l'agenda de Bolsonaro. Le président devra négocier sa politique controversée avec une trentaine de partis politiques.

"La gauche brésilienne a été durement touchée lors de l'élection de dimanche. Les différents partis progressistes doivent maintenant résoudre leurs différends pour faire face au bloc de droite dirigé par Jair Bolsonaro. Le politicien d'extrême-droite a déjà commencé à négocier avec certains des 30 partis du Congrès, pour pouvoir gouverner" explique notre envoyé spécial à Rio de Janeiro Héctor Estepa.