Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Une Française va recevoir une prothèse bionique

Une Française va recevoir une prothèse bionique
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est une première médicale en France. Une équipe de chirurgiens a opéré ce mercredi, dans une clinique de Nantes, une patiente amputée de son bras droit depuis 12 ans. L'objectif de cette opération est de lui permettre de contrôler une prothèse bien plus perfectionnée que les dispositifs existants en réutilisant des nerfs qui n'étaient plus sollicités après l'amputation. Si tout se passe bien, Priscille Deborah, 44 ans, pourra dans les prochains mois réaliser des mouvements plus fins et plus coordonnés et être surtout être beaucoup plus autonome.

Cette opération repose sur la technique de la réinnervation musculaire ciblée, ou TMR (pour Target muscle reinervation), qui consiste à reconnecter les nerfs sectionnés, qui servaient à faire bouger la main, le poignet ou le coude, sur d'autres muscles du moignon, du pectoral et du dos.

Cinq capteurs placés sur ces muscles, aux endroits précis où les nerfs ont été reconnectés, interpréteront ensuite l'influx nerveux déclenché par la pensée pour enclencher les mouvements de la prothèse motorisée.

Priscille devra d'abord attendre la cicatrisation, puis suivre des séances de rééducation pendant au moins un an pour apprendre à maîtriser son nouveau bras bionique.

La TMR est pratiquée depuis le milieu des années 2000 aux Etats-Unis. A ce jour, quelques centaines de personnes seulement ont été opérées. L'un des obstacles majeurs de ce type intervention réside dans le prix très élevé de la prothèse intelligente, 80 000 euros dans le cas de Priscille. Une somme qu'elle financera en grande partie grâce à des fonds privés.

Par sa démarche, la quadragénaire espère également faire bouger les lignes pour que de tels équipements soient mieux remboursés la sécurité sociale française et permettre "une vraie réintégration des personnes handicapés dans la société."