DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Acte VI des Gilets jaunes : mobilisation en baisse

Acte VI des Gilets jaunes : mobilisation en baisse
Taille du texte Aa Aa

L'acte VI des gilets jaunes marque le pas. Si des manifestants ont continué à marcher dans les rues de Paris ce samedi, scandant des slogans hostiles au président français Emmanuel Macron, ils n'étaient plus que 2 000 selon la préfecture. C'est deux fois moins que samedi dernier.

Partout en France , ils étaient ce samedi "moins de 40 000", selon le ministre de l'intérieur Christophe Castaner sur Twitter, contre 66 000 samedi dernier.

Des préfectures attaquées

Dans une déclaration filmée, le ministre a dénombré 104 "points de tension" soit "trois fois moins que samedi dernier".

Selon Christophe Castaner, "certains continuent à venir manifester, animés par la haine des institutions".

"Des préfectures, Nantes, Tours, Saint-Etienne, Bourg-en-Bresse, Carcassonne ont été attaquées.Des mairies aussi comme celle de Nantes ou de Carcassonne", a-t-il détaillé.

Un des leaders du mouvement interpellé

Une mobilisation une nouvelle fois en baisse, donc, à quelques jours de Noël. Mais les tensions étaient encore au rendez-vous, ici et là. Dans le quartier de l'Opéra, non loin des grands magasins, quelques heurts ont éclaté entre certains gilets jaunes et les forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Sur les Champs-Elysées, des motards de la police ont été brièvement pris à partie par des manifestants, qui ont poussé à terre une de leurs motos et ont jeté des pavés et trottinettes sur les policiers. L'un des policiers a brièvement dégainé son pistolet.

Près de 200 personnes ont été interpellées à Paris, dont Eric Drouet, l'un des leaders du mouvement, selon la préfecture.

En province, manifestations et blocages à la frontière

Plusieurs blocages aux frontières avec l'Espagne, l'Italie ou l'Allemagne ont été observés.

Des centaines de "gilets jaunes" se sont notamment rassemblés au péage du Boulou près de la frontière espagnole.

A Bordeaux, la mobilisation a rassemblé 2 600 personnes, selon la préfecture, contre 4 500 samedi dernier. Les forces de l'ordre ont fait usage de canons à eaux et de gaz lacrymogènes tandis que des manifestants lançaient projectiles, pétards et engins d'artifice.

Quelque 2 500 personnes ont manifesté à Toulouse, contre 4 500 samedi dernier, selon la préfecture de Haute-Garonne.

800 personnes se sont rassemblées à Nantes, où plusieurs incidents violents ont eu lieu dont "des tirs de mortiers en direction des forces de l'ordre qui ont fait 5 blessés légers", selon la préfecture de Loire-Atlantique.

Et environ mille "gilets jaunes" ont manifesté à Lille.

Le château de Versailles fermé

Des débordements étaient aussi redoutés devant le domaine et le château de Versailles, fermés "de manière préventive". Plusieurs milliers de personnes s'étaient en effet déclarées "intéressées" par une manifestation aux abords du site.

Un dixième décès en marge du mouvement

Une mobilisation une nouvelle fois endeuillée... Au sud de Perpignan, un automobiliste est mort dans la nuit de vendredi à samedi après avoir percuté un camion, bloqué par des "gilets jaunes". C'est la dixième victime en marge du mouvement.