DERNIERE MINUTE

Cyclone Idai : une catastrophe humanitaire redoutée au Mozambique

Cyclone Idai : une catastrophe humanitaire redoutée au Mozambique
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les dégâts sont considérables au Mozambique, après le passage la semaine dernière du cyclone Idai, qui pourrait avoir fait plus d'un millier de morts dans ce pays, l'un des plus pauvres du monde.

Un bilan humain très lourd

Selon le président mozambicain, Filipe Nyusi, plus de 100.000 personnes sont en danger, alors que des zones entières sont sous les eaux ou la boue et donc très difficiles d'accès.

"J'ai parcouru environ 28 kilomètres, de Ngangu jusqu'à Skyline. Il n'y a pas de ponts, ils ont tous été balayés. Aujourd'hui, environ 26 personnes ont été enterrées ici. Heureusement que l'armée est là. Elle nous aide beaucoup", indique un habitant.

Les opérations de secours et l'acheminement de l'aide sont extrêmement compliqués, compte tenu de l'ampleur des inondations. Des hélicoptères sont mobilisés, mais les moyens manquent cruellement.

Outre le Mozambique, le Zimbabwe et le Malawi ont aussi été durement touchés par Idai, un cyclone tropical, qui s'est accompagné de très fortes précipitations.

La deuxième ville du Mozambique dévastée

Beira, la deuxième ville du Mozambique, a été dévastée. Des dizaines de milliers de personnes sont sans abri, privées de tout.

Le Programme alimentaire mondial a commencé à acheminer des tonnes de vivres et de médicaments, mais cette aide peine pour l'instant à arriver jusqu'aux sinistrés.

"Nous avons besoin de beaucoup de nourriture. Peut-être que les camions qui sont ici

doivent nous en distribuer. On ne sait pas. Jusqu'à présent, nous n'avons rien reçu", explique le responsable d'un camp de réfugiés.

Le président du Mozambique a décrit une "catastrophe humanitaire". La pluie, qui devrait continuer à tomber ces prochains jours, pourrait aggraver la situation.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.