Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : Theresa May défend sa demande de report face aux parlementaires

Brexit : Theresa May défend sa demande de report face aux parlementaires
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C’est la seule option restante pour éviter un départ sec du Royaume-uni de l’Union européenne le 29 mars. Face au blocage de Westminster sur l’accord de Brexit qu’elle a déjà proposé deux fois, Theresa May se résout à demander un report de trois mois au Conseil européen pour faire sortir son pays de l’UE. Une décision qu’elle a précisé face aux parlementaires.

"Le gouvernement a l'intention de présenter des propositions en vue d'un troisième vote. Si ce vote est adopté, la prorogation donnera à la Chambre le temps d'examiner le retrait du projet de loi sur l'accord, sinon, la Chambre devra décider comment procéder. Mais en tant que Premier ministre, je ne suis pas prête à retarder le Brexit au-delà du 30 juin."

Un feuilleton qui vampirise tout

Face à elle, le chef de file de l'opposition travailliste a eu des mots très durs pour qualifier l’attitude du gouvernement. Le feuilleton du Brexit vampirise la vie politique britannique depuis trois ans.

Jeremy Corbyn accuse : "Des mois de course contre la montre et une campagne concertée de chantage, d'intimidation et de corruption n'ont pas réussi à convaincre la Chambre ou le pays que son accord est tout sauf un échec national et devrait être rejeté. Ils n'ont plus de temps, plus d'idées, les gens, Monsieur le Président, partout dans ce pays, sont inquiets et frustrés par l'incapacité totale de ce gouvernement à trouver une solution à la crise."

Pour la frange eurosceptique du parti conservateur, décaler le Brexit c’est repousser un problème dans le temps et ne pas respecter le résultat du référendum.

Un choix qui ne satisfait personne

Peter Bone, député conservateur, a interpellé Theresa May : "Madame la Première ministre, si vous continuez à demander un report de l'article 50, vous trahirez le peuple britannique. Si vous ne le faites pas, vous respecterez leurs instructions".

La partie pro-Union européenne de la Chambre des Communes n’est elle non plus pas satisfaite. Elle espère encore rester dans l’UE ou en sortir mais avec un nouvel accord, comme l'explique Yvette Cooper, députée travailliste.

"Ce qu'elle fait en s'en tenant à ce plan raté est profondément dangereux pour notre pays. Dans l'intérêt national, je la supplie de réfléchir à nouveau."

Dernier obstacle pour cette prolongation des délais de sortie : l’accord à l’unanimité des 27 autres membres de l’UE. Un conseil européen réunissant tous les chefs de gouvernements est prévu ce jeudi à Bruxelles pour en décider.