Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

"Par le passé, on a survécu à tant de choses bien pires que le Brexit !"

"Par le passé, on a survécu à tant de choses bien pires que le Brexit !"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La suite de notre tour d'Europe, à deux mois des élections européennes. Aujourd'hui, nous faisons escale à Calpe dans la province d'Alicante.

L'Espagne est un des pays d'Europe où vivent le plus de ressortissants britanniques. Ils sont près de 300 000. Et rien que dans la région d'Alicante, on estime qu'ils sont 130 000.

Nous avons été invités à un thé dansant avec quelques-uns de ces Britanniques. L'occasion d'évoquer avec eux le Brexit, la manière avec laquelle ils suivent ce processus laborieux, et ce qui pourrait advenir des relations avec le Royaume-Uni.

« Que vous inspire la situation actuelle ? », demande notre reporter. Les réponses fusent : « Moi, je suis très en colère ! », lance un homme. « Tout est très confus, ajoute un autre homme. Personne ne comprend ce qui se passe. Certains disent une chose. D'autres disent le contraire. Et finalement, on n'a pas la moindre idée de ce qui se passe ! »

« Moi, honnêtement, j'ai arrêté de regarder tout ça, admet une femme. Au début, j'essayais de suivre, mais j'ai laissé tomber. Tout ça m'ennuyait ! »

« Pour des questions d'assurance, on va obtenir des passeports irlandais, explique un homme au côté de son épouse. Ça nous permettra d'être toujours citoyens européens. »

« Je ne sais pas si, à terme, tout ira si mal, commente une femme, optimiste. Une fois que les décisions auront été prises, les choses iront de l'avant. Et la Grande-Bretagne survivra à ça. Par le passé, on a survécu à tant de choses, des choses bien pires que le Brexit ! »

A 1500 kilomètres séparent Calpé de Londres. Un éloignement géographique qui permet de relativiser les affres du Brexit. Et pendant que la tempête souffle dans la capitale britannique, ici, on profite d'un climat ensoleillé !