DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Violences sexuelles: les Nobel de la Paix 2018 réclament justice à l'ONU

Violences sexuelles: les Nobel de la Paix 2018 réclament justice à l'ONU
Taille du texte Aa Aa

Les Nobel de la Paix 2018 congolais Denis Mukwege et yazidie Nadia Murad ont appelé mardi le Conseil de sécurité de l'ONU à ce que justice soit rendue aux victimes de violences sexuelles dans les conflits, objet d'une résolution adoptée après amputation de sa substance par les Etats-Unis et la Russie.

Au milieu d'un débat sur les violences faites aux femmes, un vote a été organisé sur ce texte après d'ultimes négociations ardues et de nouveaux retraits de mentions dans le texte. Treize pays ont voté en faveur du texte, la Russie et la Chine s'abstenant.

Ces deux pays ont expliqué vouloir combattre les violences sexuelles dans les conflits mais dénoncé "des interprétations laxistes" dans le texte et une lutte "manipulée" pour arriver à créer de nouvelles structures onusiennes et "outrepasser" des mandats déjà approuvés.

"Pas une seule personne n'a été traduite en justice pour esclavage sexuel", avait dénoncé au préalable Nadia Murad en évoquant sa communauté détruite par le groupe jihadiste Etat islamique en Irak et Syrie. "Les espoirs d'une génération entière ont été détruits", a-t-elle ajouté, évoquant un "échec collectif" de la communauté internationale.

"Nous prononçons des discours à l'ONU mais aucune mesure concrète ne suit" en matière de justice et "rien n'a été fait", a-t-elle insisté.

"Qu'attend la communauté internationale pour rendre justice aux victimes", s'est aussi interrogé Denis Mukwege, en demandant l'établissement de tribunaux nationaux ou internationaux dédiés au jugement des coupables de violences sexuelles dans les conflits.

Avocate de Nadia Murad et d'autres victimes yazidies, Amal Clooney a aussi déploré la faiblesse de la réponse internationale. Elle a accusé les Etats-Unis et la Russie de s'opposer à la création d'une justice internationale contre ces crimes. Sierra Leone, Cambodge, Rwanda, Bosnie, Nuremberg... Une justice a été rendue pour ces dossiers, a-t-elle rappelé au Conseil de sécurité en le mettant devant ses responsabilités.

"Si nous n'agissons pas maintenant, il va être trop tard", a-t-elle dit, en évoquant la détention actuelle de milliers de combattants du groupe Etat islamique. "Nous faisons face à une épidémie de violences sexuelles" et "la justice est l'antidote", a insisté l'avocate.

A l'origine, le projet de texte allemand voulait établir un groupe de travail formel, mettre en place un "mécanisme" pour aider à faire traduire les coupables en justice et développer la protection des victimes en leur reconnaissant des droits en matière de droits sexuels et reproductifs.

La Russie, la Chine et les Etats-Unis se sont opposés à la création du "mécanisme" de justice, le groupe de travail a été balayé, et Washington a menacé d'imposer un veto si des mentions évoquaient les droits reproductifs, craignant un encouragement aux avortements.

"Le texte a été réduit à sa portion congrue et il n'y a plus grand chose", déplore un diplomate. "Les Américains ont pris en otage une négociation à partir de leur idéologie, c'est scandaleux", abonde un autre diplomate.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.