Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brunei affirme que le moratoire sur la peine de mort va continuer avec la charia

Brunei affirme que le moratoire sur la peine de mort va continuer avec la charia
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le sultan de Brunei a déclaré dimanche que le moratoire sur la peine capitale s’appliquerait aussi pour les condamnations à mort par lapidation en cas d’homosexualité et d’adultère, dont l’instauration dans le cadre de la charia a suscité l’indignation internationale.

C’est la première fois que le sultan Hassanal Bolkiah s’exprime publiquement sur la nouvelle législation d’inspiration islamique depuis son entrée en vigueur en avril, et il semble avoir ainsi cherché à apaiser ses innombrables critiques.

Le nouveau code, qui prévoit aussi l’amputation d’une main ou d’un pied pour les voleurs dans ce petit pays de l‘île de Bornéo, a déclenché la réprobation de personnalités comme George Clooney, de l’ONU, d’ONG et de nombreux gouvernements.

Dans un discours télévisé avant le début du mois de jeûne musulman de ramadan, le sultan a déclaré: “Je suis conscient qu’il y a beaucoup de questions et de mauvaises perceptions à propos de la mise en place” du nouveau code pénal.

“Il ne devrait y avoir aucune inquiétude concernant la charia, car elle est pleine de la miséricorde et des bénédictions d’Allah”, a-t-il affirmé, selon une traduction officielle de ses propos.

“Comme il est évident depuis plus de deux décennies, nous avons pratiqué un moratoire de fait sur l’exécution de la peine capitale pour les affaires jugées dans le cadre du code civil”, a-t-il poursuivi.

“Cela s’appliquera aussi aux affaires jugées dans le cadre (du nouveau code pénal islamique), qui fournit un cadre plus vaste pour la remise” des peines, a-t-il indiqué.

Le sultan a également promis que Brunei ratifierait la convention des Nations unies contre la torture, signée par le pays il y a plusieurs années.

Brunei, à la population majoritairement musulmane, dispose d’un double système judiciaire, avec d’une part des tribunaux civils et de l’autre des tribunaux islamiques qui traitent notamment d’affaires de mariage et d’héritage.

Certains crimes pouvaient déjà être punis de la mort par pendaison dans le cadre du code civil, mais Brunei n’a procédé à aucune exécution depuis plusieurs décennies, et les déclarations du sultan suggèrent que cela ne changera pas avec l’introduction du code islamique.

Le viol et le vol sont aussi passibles de peine de mort selon le code islamique, qui prévoit en outre que la peine capitale pour insulte au Prophète Mahomet s’appliquera aux musulmans comme aux non-musulmans.

Le sultan, l’une des plus grandes fortunes au monde, avait annoncé dès 2013 l’application progressive de la charia. De premières dispositions avaient été introduites dès 2014 avec des amendes ou des peines de prison pour exhibitionnisme ou manquement à la prière du vendredi.

Face aux critiques, les peines les plus sévères avaient été repoussées, avant d’entrer finalement en vigueur en avril.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.