Peter Hook et l'héritage de Joy Division

Peter Hook et l'héritage de Joy Division
Taille du texte Aa Aa

À l'occasion d'un concert près de Lyon, Peter Hook, ancien bassiste du groupe Joy Division, évoque pour euronews, l'héritage de ce groupe britannique new wave mythique et comment il s'emploie à jouer sa musique sur les scènes du monde entier.

Le son de Joy Division n'a pas pris une ride. Près de Lyon, à l'Épicerie moderne à Feyzin ce soir-là, Peter Hook, cofondateur et bassiste de l'ancien groupe new wave de Manchester, interprète l'album mythique de Joy Division : "Unknown Pleasures" sorti il y a tout juste quarante ans.

Le musicien nous répond dans une interview exclusive. "Bernard [ndlr : Sumner] et moi, on n'était pas très content de cet album : on trouvait que ça faisait trop vieux pour nous, que c'était peut-être trop bon pour nous," précise Peter Hook.

"On voulait que cet album soit plus punk comme les Clash ou les Sex Pistols : on ne l'a pas fait pour qu'il devienne une légende, en tout cas pas quarante ans après," assure-t-il.

À l'époque, Joy Division ne vivait que pour son prochain concert et avait une idée fixe : révolutionner le rock. "C'était drôle de savoir ce qu'on pensait de nous ; ça ne nous intéressait pas et en même temps, ça nous intéressait : les choses comme ça, c'est à double tranchant," reconnaît le musicien.

"On était très heureux dans le groupe, il y avait une grande confiance entre nous : ce n'est qu'après cet album que la maladie de Ian a commencé à jeter une ombre sur le groupe," précise-t-il.

"La culpabilité de ceux qui sont encore là"

Ian Curtis, le chanteur de Joy Division, atteint d'épilepsie et peut-être submergé par son mal-être personnel et par la pression de l'industrie de la musique, s'est suicidé un an après la sortie de "Unknown Pleasures".

"Je voyais dans quelle situation était Ian et je ne pouvais pas l'aider," se souvient Peter Hook. "Et puis, après ce qui s'est passé, on doit tous vivre avec cette culpabilité de ceux qui sont encore là," ajoute-t-il.

"Nous, on était très jeune et il y avait des gens plus âgés, mieux formés, des spécialistes pour s'occuper de lui et ils n'arrivaient pas à le faire : alors, comment trois idiots de 21 ans pouvaient-ils croire être capables de s'occuper de lui ?" lance le cofondateur de Joy Division.

"Ian Curtis avait tellement laissé sa marque sur notre musique"

Après la disparition de Ian Curtis, les membres de Joy Division ont décidé de former le groupe New Order que Peter Hook finira par quitter en 2007. "C'est très difficile de célébrer quelque chose qui soit lié à Joy Division avec la maison de disques à cause de l'état actuel de la relation entre les membres du groupe qui reste très mauvaise," fait-il remarquer.

En 2010, trente ans après la fin de Joy Division, Peter Hook a voulu rendre hommage à son héritage en entamant une série de concerts avec son groupe actuel.

_"Ian Curtis avait tellement laissé sa marque sur notre musique que les attentes à mon égard étaient immenses et j'étais absolument terrifié,"_ avoue-t-il. "Mais je devais le faire parce que sinon, ma seule perspective, c'était de redevenir DJ," indique-t-il.

"Aller partout pour jouer la musique que j'aime"

"Ian Curtis en particulier avait une grande ambition pour le groupe au plan international : Manchester ou l'Angleterre, ce n'était pas suffisant, il avait l'ambition d'emmener la musique de Joy Division partout dans le monde parce qu'il était notre plus grand fan," se remémore Peter Hook.

"Je suis persuadé qu'en faisant ce que j'ai fait, je remplis cet objectif pour lui en réalité : je crois qu'il en serait très fier," estime-t-il. "Il serait fier de nous voir jouer au Mexique, au Portugal, au Brésil, en Mongolie, aller dans tous ces pays pour jouer la musique que j'aime et que j'ai contribuée à créer avec d'autres : c'est merveilleux pour moi, c'est une mission géniale," se réjouit-il.

Peter Hook & the Light reprend les morceaux de Joy Division et New Order sur les scènes du monde entier et édite des albums live.

En mai 2020, le groupe jouera de nouveau l'intégralité de l'album "Unknown Pleasures" lors de deux concerts à Londres et Manchester.