Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

"Les réfugiés n'ont jamais cessé de débarquer ici, à Lampedusa"

"Les réfugiés n'ont jamais cessé de débarquer ici, à Lampedusa"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Il l'a répété à maintes reprises : "Les ports seront fermés aux migrants !". Cette phrase est devenue un véritable slogan pour le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini qui a déclaré la guerre aux navires des ONG, lesquels devront bientôt payer une amende de 5 000 euros par migrant sauvé.

La question qui se pose aujourd’hui est de savoir dans quelle mesure cette propagande a servi pour les prochaines élections européennes. Reportage à Lampedusa, l'île italienne, symbole de la crise migratoire.

"La Libye est en guerre en ce moment"

Le Mare Jonio est le dernier bateau de sauvetage saisi par les autorités italiennes. Une enquête a été ouverte par la justice italienne, nous ne sommes donc pas autorisés à filmer à bord. Le capitaine et le propriétaire du navire refusent de nous parler car ils attendent d'être entendus par les procureurs. L’ordre de saisie du bateau a été annoncé plusieurs heures avant même que l’équipage n'en soit informé.

"Notre crime, si cela peut être considéré comme un crime, est de ne pas avoir appelé les autorités libyennes " se plaint Alessandra Sciurba, porte-parole de l'ONG Mediterranea Saving Humans.

"Si nous devons ramener toutes les personnes que nous avons sauvées - eh bien, cela signifie que notre monde marche sur la tête ! La Libye est en guerre en ce moment. Quand ils nous demandent de faire la liaison avec les autorités libyennes, nous nous demandons qui sont les personnes derrière les garde-côtes libyens. Avec quelles forces armées devons-nous coopérer pour décider du sort de ces personnes ? "

Malgré la fermeture des ports par Matteo Salvini, plus de 60 migrants ont été sauvés en mer grâce à ce bateau et grâce à la marine italienne le même jour. Ce n'est pas la première fois, depuis la prise du pouvoir de ce gouvernement. Lampedusa est l'île qui compte le plus grand nombre de débarquements dans le pays. 90% sont des arrivées indépendantes, les fameux navires fantômes. La plupart de ces bateaux n'ont pas été signalés.

Des ports toujours ouverts ?

"Le problème est la campagne de publicité qui est faite sur cette question" déclare Salvatore Martello, maire de Lampedusa. "Le but de la campagne est d'effacer Lampedusa et d'indiquer aux Italiens que les immigrants ne peuvent plus arriver ici et que les ports sont fermés. Mais la réalité est différente. Dans la vie réelle, les réfugiés n'ont jamais cessé de débarquer ici, à Lampedusa, et les ports sont ouverts. Par conséquent, tout ce qui a été dit par le ministre de l'Intérieur ne correspond pas à la réalité" dénonce-t-il.

Pour la première fois depuis des mois, la Ligue de Matteo Salvini perd du terrain selon les derniers sondages. Mais les membres du parti affirment que le gouvernement n'a rien changé dans sa politique migratoire.

"À la fin ce qui compte vraiment, ce sont les résultats" nous confie Riccardo Molinari, leader de la Ligue au parlement italien. "Tout le monde peut voir comment la situation a changé. Il n'y a eu que quelques cas isolés dans lesquels les ports étaient ouverts" précise-t-il. "Ce sont ces navires de sauvetage d'ONG qui se battent contre le ministre de l'Intérieur et qui exploitent ces migrants " indique-t-il.

Lampedusa est devenue le symbole de la culture de l'accueil ici en Italie depuis le début de la crise migratoire. Et même si le nombre d'arrivées a diminué, l’île ne veut pas être oubliée.